1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Crash de Germanwings : l'Allemagne veut changer les règles de Schengen
Le Point03/04/2015 à 08:13

Des passagers attendant dans la salle d'embarquement d'un aéroport (illustration).

Certaines catastrophes servent de révélateur. La disparition du vol 4U9525 dans les Alpes-de-Haute-Provence, la semaine dernière, a révélé au grand jour les "failles" de l'espace Schengen. La suppression progressive des contrôles aux frontières à partir de 1985 permet aujourd'hui à près de 420 millions d'Européens de se déplacer sans passeport dans 26 pays, dont 22 États membres de l'UE (la Belgique, la République tchèque, le Danemark, l'Allemagne, l'Estonie, la Grèce, l'Espagne, la France, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Hongrie, Malte, les Pays-Bas, l'Autriche, la Pologne, le Portugal, la Slovénie, la Slovaquie, la Finlande, la Suède, ainsi que l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse). Cette libre circulation de voyager, tous les citoyens vivant dans l'espace Schengen peuvent en profiter, et ce, quel que soit le moyen de transport qu'ils utilisent pour se rendre d'une ville à une autre. Et c'est bien là que le bât blesse. "Après le crash [de l'A320 de Germanwings]), nous avons vérifié tous les passagers et le personnel de bord pour voir si certains étaient jugés dangereux par nos services, car nous souhaitions savoir si nous avions affaire à une attaque terroriste, expliquait jeudi matin dans les colonnes du quotidien populaire Bild le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière. Mais nous avons constaté que nous ne savions même pas avec certitude qui était assis dans cet avion....

Lire la suite sur Le Point.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    10 avril12:57

    Ceci souligne comment nos dirigeants Français se sont vautrés devant toutes les directives, ventre à terre ils sont, on n'y peut rien, on n'y peut rien, voilà leur credo. Au moins les Allemands, ils la dirigent l'Europe, ils ne la subissent pas. Bien sur qu'il faut revoir Shenguen, mais pas un mot des Français.

    Signaler un abus

  • pascalcs
    07 avril11:53

    Aboslument aucun rapport entre les deux! Grosse manoeuvre de diversion.

    Signaler un abus

  • roland68
    03 avril23:22

    et après les avions, les trains, les bus, les vélos ???c'est ridicule...

    Signaler un abus

  • noterb1
    03 avril09:15

    Seulement pour les avions ? En fait n'importe qui se balade à travers toute l'Europe comme il veut quand il veut !... et même avec des armes comme on l'a déjà vu !

    Signaler un abus

  • M3442498
    03 avril07:30

    Il est grand temps !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer