Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Covid-19 : "Le pass vaccinal n'est pas notre projet de société", insiste Gabriel Attal
information fournie par Boursorama avec Media Services11/01/2022 à 09:17

Le porte-parole du gouvernement a défendu un disposition qui se veut éphémère, alors que le nouveau projet de loi sanitaire instaurant le pass vaccinal arrive entre les mains des sénateurs.

Gabriel Attal, le 5 janvier 2022, à Paris ( AFP / Ludovic MARIN )

Gabriel Attal, le 5 janvier 2022, à Paris ( AFP / Ludovic MARIN )

"Dès qu'on pourra se passer du pass vaccinal, on s'en passera avec plaisir !". Pendant que le Sénat s'emparait du texte de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, Gabriel Attal a répété le message du gouvernement à propos d'un "dispositif limité dans le temps qui doit s'éteindre en juillet prochain".

"Evidemment, si on peut arrêter le pass avant, on le fera. On a toujours dit que c'était un outil qu'on utilisait dès lors qu'il y avait un risque. Je le redis avec force : le pass vaccinal n'est pas notre projet de société" , a lancé Gabriel Attal, à l'antenne d' Europe 1 , mardi 11 janvier.

"Notre projet de société est la liberté des Français. C'est pour ça aussi qu'on a été amenés à prendre des mesures pour qu'ils puissent continuer à aller au restaurant, au cinéma, pour qu'ils puissent continuer à se voir, pour que leurs enfants puissent continuer à aller à l'école. Ca nous amène à prendre parfois des mesures difficiles et mettre en place des outils qui font peser des contraintes sur un certain nombre de Français notamment les non-vaccinés, mais je redis que dès qu'on pourra se passer du pass vaccinal, on s'en passera avec plaisir !", a t-il abondé.

Des "ajustements" du texte par le Sénat

"Je me suis engagé avec Emmanuel Macron parce que je crois à la liberté individuelle et aux libertés collectives. Effectivement, le pass vaccinal n'est pas cohérent avec ce projet là mais il est cohérent avec la lutte contre l'épidémie qui continue à sévir dans notre pays", a t-il encore ajouté.

La veille, le patron du groupe LREM à l'Assemblée nationale Christophe Castaner avait déjà affirmé que la majorité "n'entend pas faire du pass vaccinal une mesure permanente". Le pass "n'a pas vocation à être illimité dans le temps et nous n'avons pas vocation à légiférer tout le temps", a-t-il souligné.

Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des personnes en soins critiques en France, au 10 janvier ( AFP /  )

Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des personnes en soins critiques en France, au 10 janvier ( AFP / )

Après un examen très tendu en première lecture à l'Assemblée nationale, le ministre des Relations au Parlement Marc Fesneau a, lui, jugé que le calendrier, avec un examen en commission lundi et en séance mardi et mercredi, "permet de débattre dans des conditions satisfaisantes", de manière "apaisée". Le président LR du Sénat Gérard Larcher a assuré que la majorité sénatoriale de droite voterait le texte, "sous réserve d'ajustements".

25 commentaires

  • 11 janvier21:37

    N'inversez pas les rôles : ce ne sont pas les NONVAX qui ont choisi de plus aller au restau etc.. puisque cela leur est interdit ! Dans le contexte actuel, même si j'étais vacciné, je n'irais pas dans ces lieux car trop de monde et donc plus de probabilité de trouver un provax infecté et contaminant