1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coronavirus: Rutte plus favorable à des "cadeaux" qu'aux "coronabonds"
Reuters01/04/2020 à 19:30

RUTTE PLUS FAVORABLE À DES "CADEAUX" QU'AUX "CORONABONDS"

AMSTERDAM (Reuters) - Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s'est dit mercredi plus disposé à faire un "cadeau" aux pays européens dont l'économie est mise à mal par l'épidémie de coronavirus, plutôt qu'à émettre des obligations mutualisées ou à recourir au mécanisme européen de stabilité (MES).

La France, l'Italie, l'Espagne et six autres pays de la zone euro ont plaidé la semaine dernière en faveur de la création d'un instrument de dette commun afin de financer la lutte contre la pandémie mais leur proposition s'est heurtée à l'opposition de l'Allemagne et des Pays-Bas.

Mark Rutte, qui s'exprimait au Parlement, s'est à nouveau opposé mercredi à l'idée des "coronabonds" et s'est prononcé pour la création d'un nouveau fonds de soutien plutôt que pour un recours au MES.

"Si on fait appel au MES, c'est un prêt et un prêt doit être remboursé. Si on fait un cadeau, cela revient à dire: 'Ecoutez, vous avez été durement touchés, mais avec un certain nombre de pays plus riches, nous sommes prêts à assumer les coûts directs de la crise du coronavirus", a-t-il déclaré.

Mark Rutte a par ailleurs souhaité une amélioration des relations avec l'Espagne et l'Italie, où ses propos de la semaine dernière ont suscité l'indignation.

(Toby Sterling, version française Jean-Philippe Lefief, édité par Blandine Hénault)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • geocor
    01 avril22:48

    Tiens, pas d'anti-européen primaire sur le forum quand un pays européen propose que l'Europe nous aide par le biais de cadeaux !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer