1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Chaffanjon : le poison Bygmalion

Le Point05/02/2015 à 08:58

Nicolas Sarkozy a trop tardé à donner ses consignes de vote pour l'élection législative du Doubs et s'est fait dépasser par les barons de l'UMP.

France Inter : Cette semaine, c'est mouvementé à l'UMP après le premier tour de la législative dans le Doubs... Leur candidat éliminé au premier tour, ils se battent autour des consignes de vote à donner : PS, UMP ou blanc. Et pour vous, tout cela masque un sujet bien plus ennuyeux pour Nicolas Sarkozy...Charlotte Chaffanjon : Oui. Le comportement de Nicolas Sarkozy autour de cette histoire de consigne de vote est a priori incompréhensible. N'importe quel observateur prédisait un FN largement en tête au premier tour dans le Doubs. On en a parlé ici même la semaine dernière : c'était évident que la question se poserait, soit pour le PS soit pour l'UMP, d'appeler, ou pas, à faire barrage au FN. Eh bien, il semble que le sujet ait complètement échappé à Nicolas Sarkozy... Il n'avait tellement pas prévu le coup que, dimanche, à l'annonce des résultats, il a demandé un délai de deux jours avant de se prononcer sur la marche à suivre. Évidemment, les dirigeants de son parti n'ont pas attendu pour donner leur avis. NKM dans les médias, Juppé sur son blog, Fillon dans un communiqué, aucun évidemment n'ayant le même avis que l'autre... L'autorité de Sarkozy en a pris un sacré coup. Comment est-ce possible ?

C'est ce qui est intéressant, c'est que nous sommes là au coeur du problème de Nicolas Sarkozy. Il faut se souvenir que ce rôle de président de l'UMP, il n'en voulait pas. Il considérait que ce n'était pas du...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jeepinv
    05 février10:39

    Il était sans doute trop occupé par la préparation de sa "conférence" de lundi à Abou Dhabi...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer