1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bygmalion a facturé 3,9 millions d'euros au groupe UMP

Le Point26/06/2014 à 00:56

La société Bygmalion a facturé 3,9 millions d'euros au groupe UMP.

Depuis la création de la société en 2008, le total des factures entre Bygmalion et le groupe UMP (d'abord sous Copé, puis sous Christian Jacob) s'élève à 3,9 millions d'euros. C'est bien la société Bygmalion, dirigée par deux proches de Copé, Guy Alvès et Bastien Millot, qui a obtenu l'organisation des quatre universités d'été du groupe. Chacune, s'étalant sur deux ou trois jours, a coûté entre 200 000 et 215 000 euros, sachant que les parlementaires prenaient à leur charge leur hébergement.

Par ailleurs, Bygmalion bénéficiait d'un contrat-cadre de 50 000 euros par mois pour assurer des prestations en tout genre : 14 sites internet ont été créés durant la période, une revue de presse quotidienne a été mise en place, une veille hebdomadaire du Web, des lettres d'information, sept films institutionnels, etc.

Chacun des 377 députés a obtenu de Bygmalion la réalisation d'un bilan de "mi-mandat" et de "fin de mandat" en 2012. Ces documents personnalisés de huit pages ont été imprimés à 1 000 exemplaires et livrés, par la poste, dans chacune des permanences des parlementaires. Enfin, Bastien Millot assurait également les relations presse et le conseil stratégique des parlementaires qui le souhaitaient. Aujourd'hui, rares sont les parlementaires qui assument d'avoir travaillé avec Bygmalion, la société au coeur du scandale des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

Source Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer