1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Borloo : "Contrairement à Sarkozy, je n'envoie pas de cartes postales !"
Le Point13/06/2014 à 16:24

Jean-Louis Borloo, dans le message vidéo qu'il a adressé à ses amis de l'UDI et du MoDem, le 18 mai. © UDI

Il débarque avec les cheveux en bataille et une barbe mal taillée. Ce jeudi, Jean-Louis Borloo a été aperçu dans un restaurant parisien proche de l'École militaire où il a notamment salué André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux. Retiré de la vie politique à la suite de graves problèmes de santé, l'ancien patron de l'UDI reprend des forces. Assez en tout cas pour plaisanter au sujet de la fin de sa carrière politique en faisant allusion à Nicolas Sarkozy : "Moi, je n'envoie pas de cartes postales ! Je ne ferai plus jamais de politique de façon opérationnelle, même si je continuerai de dire des choses."

L'ancien ministre sera tout de même attentif aux résultats de l'élection législative dans la 21e circonscription du Nord, les 22 et 29 juin, lors de laquelle sera élu son successeur. "J'ai confié les clés à Laurent Degallaix [maire de Valenciennes, NDLR], mais les électeurs choisiront eux-mêmes", explique-t-il d'une voix fatiguée. Celui qui porte sa "chère ville de Valenciennes" dans son coeur attend les résultats avec impatience. Une autre élection retiendra son attention : celle de la présidence de l'UDI en octobre. Encore affaibli par sa pneumonie aiguë et une septicémie, Jean-Louis Borloo n'a pas encore la force de s'asseoir à la table d'un restaurant pour un vrai déjeuner. Après quelques bavardages, le revoilà reparti se reposer. "Je dors encore une heure le matin et quatre heures l'après-midi", confie-t-il. Désormais,...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer