Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Baisse en trompe-l'oeil du chômage en juin

Reuters25/07/2017 à 19:36

CHÔMAGE : BAISSE EN TROMPE-L'OEIL EN JUIN

PARIS (Reuters) - Le chômage s'est retourné à la baisse en juin en France, le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité refluant de 0,3% le mois dernier en métropole, selon les chiffres publiés mardi par le ministère du Travail.

Le nombre d'inscrits à Pôle emploi de catégorie A (sans aucune activité) a reculé de 10.900 le mois dernier pour s'établir à 3.483.200.

Mais en ajoutant les catégories B et C (personnes exerçant une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle Emploi tenus de rechercher un emploi, même s'il n'a pas enregistré d'évolution significative (1.800 personnes supplémentaires en juin), a malgré tout inscrit un nouveau record, à 5.562.600 (5.865.700 en incluant les départements d'Outre-mer, également stable sur un mois).

Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A en France métropolitaine recule de 1,0% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C augmente de 2,2%.

Malgré une évolution en dents de scie, le nombre d'inscrits à Pôle emploi a reflué en 2016, les effectifs diminuant de plus de 100.000 personnes non seulement pour la seule catégorie A, mais aussi pour les catégories A, B et C associées.

Mais sur les six premiers mois de l'année, les effectifs de la catégorie A ont progressé de 16.100 personnes et ceux de l'ensemble des chômeurs tenus de rechercher un emploi (catégories A, B et C) ont augmenté de près de 100.000 personnes et ont donc quasiment effacé le recul de l'an dernier.

JEU DE BASCULE EN VUE POUR LES PROCHAINS MOIS

Au sein de la catégorie A, la baisse de juin a concerné toutes les catégories d'âge, qu'il s'agisse des jeunes (-0,8%), des 25-49 ans (-0,3%), ou des seniors (-0,1%).

En revanche, sur un an, le nombre de chômeurs sans aucune activité de plus de 50 ans progresse de 3,1%, à l'inverse de la tendance baissière pour les autres tranches d'âge (-6,7% pour les moins de 25 ans et -1,4% pour les 25-49 ans).

Autre indicateur mitigé, le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi, considérés comme chômeurs de longue durée, s'inscrit en hausse de 0,1% en juin et progresse de 0,4% sur un an, à 2,4 millions.

Leur proportion dans le nombre total de chômeurs est stable par rapport à mai, à 43,9%.

Dans les prochains mois, un jeu de vases communicants défavorable pourrait venir gonfler les rangs des inscrits des catégories A, B et C tenus de rechercher un emploi : la réduction du nombre d'emplois aidés au deuxième semestre devrait faire basculer un certain nombre d'inscrits de la catégorie E (qui regroupe les inscrits non tenus de chercher en emploi parce qu'ils bénéficient d'un contrat aidé ou participent à une création d'entreprise, par exemple).

Selon le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin, 110.000 emplois aidés sont prévus d'ici à la fin 2017, à comparer aux 190.000 recensés sur les cinq premiers mois de l'année.

Muriel Pénicaud, qui avait précisé à son arrivée au ministère du Travail qu'elle ne commenterait pas les chiffres mensuels du nombre d'inscrits à Pôle emploi, a précisé mardi matin qu'elle ferait désormais un point trimestriel sur "le chômage, la création d'emplois, le marché du travail".

A la différence de l'évolution irrégulière du nombre d'inscrits à Pôle emploi, le taux de chômage calculé par l'Insee selon les critères du Bureau international du travail (BIT), qui permet les comparaisons internationales, est orienté à la baisse depuis le printemps 2015.

Pour les trois premiers mois de 2017, il s'est établi à 9,3% de la population active en France métropolitaine et à 9,9% en incluant les départements d'Outre-mer, au plus bas depuis l'automne 2012. Les chiffres du deuxième trimestre seront publiés le 17 août.

Le programme présidentiel d'Emmanuel Macron prévoit un retour du taux de chômage à 7% en 2022, sous l'effet notamment d'un assouplissement du droit du travail, que l'exécutif compte mettre en place en septembre, ainsi que d'une amélioration de la compétitivité des entreprises par une baisse de la fiscalité.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.