Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Aux Antilles-Guyane, les partis traditionnels éclatés

Reuters08/06/2017 à 11:37

AUX ANTILLES-GUYANE, LES PARTIS TRADITIONNELS ÉCLATÉS

par Cécile Evrard

FORT-DE-FRANCE, Martinique (Reuters) - Des partis locaux traditionnels à la peine et des formations nationales quasi inexistantes : la campagne des élections législatives passerait presque inaperçue aux Antilles et en Guyane, s'il n'y avait les allers et venues des voitures sono dans les quartiers.

Le nombre de candidats explose : 154 au total sur ce bassin d'à peine plus d'un million d'habitants.

En Martinique, 53 candidats labourent le terrain. Trois des quatre députés sortants restent favoris : Serge Letchimy (PPM - Parti progressiste martiniquais), Jean-Philippe Nilor (MIM- Mouvement indépendantiste martiniquais) et Nestor Azerot (Mouvement initiative populaire, divers gauche).

"L'affaiblissement des partis traditionnels est complet", analyse Justin Daniel, professeur de sciences politiques à l'Université des Antilles. "Lors des élections précédentes, des coalitions ont été formées, mais il ne s'agit que du cache-misère d'un paysage politique hyper morcelé".

Serge Letchimy distance le candidat soutenu par la coalition MIM-Droite. Sa circonscription, celle de Fort-de-France, est détenue par le PPM depuis 1958.

Cet affaiblissement ne profite pas pour autant aux partis et mouvements politiques de métropole, qui ne s'implantent que très péniblement, malgré le raz-de-marée en faveur de La France insoumise à l'élection présidentielle (27,36%, devant La République en Marche, 25,53 %).

LREM ne présente d'ailleurs que deux candidats, au faible poids politique local, dans les première et troisième circonscriptions.

LA GUYANE SORT D'UN CONFLIT SOCIAL

En Guadeloupe, 82 candidats sur quatre circonscriptions, dont un nombre important de gauche, tentent de se faire remarquer dans un grand brouhaha. C'est 49 de plus qu'en 2012.

Aucun des députés sortants ne se représente : ni l'ancien ministre des Outre-mer, proche de François Hollande, Victorin Lurel (PS), ni l'actuel président de région, Ary Chalus (GUSR-Guadeloupe unie solidaire) et responsable et porte-parole d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle pour les outre-mer).

A la présidentielle, la Guadeloupe a voté Macron à 30,22 %, devant Jean-Luc Mélenchon (24,13 %).

Le 31 mai dernier, un candidat de LREM de Guadeloupe, Olivier Serva, s'est fait épingler pour des propos tenus en 2012 dans lesquels il qualifiait l'homosexualité "d'abomination", déclarations pour lesquelles il s'est excusé.

Un seul autre candidat a été investi par LREM en Guadeloupe, dans la deuxième circonscription.

La Guyane, quant à elle, ne devrait pas connaître de coup de théâtre majeur dans la mesure où les députés sortants des deux circonscriptions se représentent : Gabriel Serville (Parti socialiste guyanais) et Chantal Berthelot (A gauche en Guyane- Parti radical de Gauche).

Le département sort d'un lourd conflit social de plus d'un mois mené par le collectif "Pou Lagwiyann dékolé", qui a abouti à un accord le 21 avril dernier.

Toutefois, "les Guyanais risquent de voir l'abstention de nouveau croissante, suite à une perte de confiance dans les institutions elles-mêmes, conséquence d'une citoyenneté inachevée", dit Justin Daniel.

Au premier tour de l'élection présidentielle, la Guyane avait voté France Insoumise en majorité (24,72 %) mais aussi Front national, à 24,29 %.

Décalage horaire avec Paris oblige, les Martiniquais, Guadeloupéens et Guyanais votent samedi 10 juin, mais il n'est pas certain que le scrutin mobilise : la participation au premier tour des élections législatives de 2012 était, dans ces territoires, respectivement de 33,09 % en Martinique, 34,46% en Guadeloupe et 30,46% en Guyane.

"Plus qu'ailleurs, les élections à la députation continuent d'être perçues comme des élections complètement locales, avec des campagnes fondées autour de personnalités", conclut Justin Daniel.

(Edité par Elizabeth Pineau)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.