Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Attentats: les médecins militaires rattrapés par la "guerre"

Reuters16/11/2015 à 19:41

LES MÉDECINS DES HÔPITAUX MILITAIRES RATTRAPÉS PAR LA "GUERRE" APRÈS LES ATTENTATS DE PARIS

par Marine Pennetier

SAINT-MANDE, Val-de-Marne (Reuters) - "Ce sont des blessures causées par des armes de guerre, ce sont des choses qu'on voit habituellement quand on est projetés en opération extérieure", déclare Vincent, chirurgien et médecin chef des services à l'hôpital d'instruction militaire de Bégin.

Dans la nuit de vendredi à samedi, cet hôpital de Saint-Mandé (Val-de-Marne) a accueilli 35 blessés des attentats de Paris, dont plus d'une vingtaine par balles et une dizaine de blessés psychiques graves.

La majorité des blessés venaient du Bataclan, théâtre d'une prise d'otages meurtrière dans laquelle plus de 80 personnes ont trouvé la mort, sous le feu des armes des kamikazes.

"Le fait que ce soit arrivé chez nous, sur des personnes qui étaient dans des restaurants ou au Bataclan, c'est assez difficile" émotionnellement, dit Abdou, infirmier de classe supérieure, qui faisait partie de l'équipe médicale et paramédicale qui a pris en charge les blessés à leur arrivée, dans le sas de triage.

A l'hôpital de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), le deuxième hôpital militaire de la région parisienne, ce sont 17 personnes qui ont été accueillies vendredi soir.

Au total, 50 interventions chirurgicales ont été réalisées dans les blocs opératoires des deux hôpitaux pendant le week-end et 13 patients ont été admis dans les services de réanimation.

"C'est en fait une médecine de guerre dont il s'est agi, une chirurgie de guerre, et les personnes avec qui j'ai pu m'entretenir font référence à ce qu'ils ont connu ailleurs" sur les théâtres d'opération, a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian, venu observer une minute de silence lundi à midi parmi les personnels de l'hôpital.

PERSONNEL RODÉ

A leur arrivée vendredi soir, les blessés ont été examinés et triés par les urgentistes et les réanimateurs. Les plus grièvement blessés ont été pris en charge par les chirurgiens dans les blocs opératoires. Deux blessés ont succombé à leurs blessures.

"Nos personnels sont parfaitement rodés à la prise en charge de blessés de guerre et là il s'agissait bien de blessés de guerre", souligne le médecin général de l'hôpital Bégin, Maryline Gygax-Genero. "Ce que les personnels de l'hôpital d'instruction des armées font en opérations extérieures, ils l'ont fait dans la nuit de vendredi à samedi".

Dans l'urgence, une cinquantaine de personnels médicaux et une trentaine de personnels paramédicaux ont été rappelés et cinq salles de bloc opératoire ont été préparées en une heure pour accueillir les blessées.

"La grande différence avec les blessures que l'on rencontre dans les opérations extérieures, c'est que les militaires sont des personnes qui sont généralement protégées donc c'est plutôt des polycriblages de membres", explique Vincent.

"Là ça a plutôt été des lésions par balles de proximité, sans aucune protection, donc à ce titre elles sont différentes mais la prise en charge reste sur le plan technique la même".

Le nombre de blessés à prendre en charge dans un laps de temps réduit est également inédit.

"Entre minuit et trois heures du matin, ce sont une trentaine de blessés qui ont été accueillis", ajoute-t-il. "En opération extérieure, on a des afflux de blessés mais un tel nombre avec une unité de temps aussi faible, c'est quand même rare".

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.