Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Assiégés, les Kurdes de Kobani lancent un appel à l'aide

Reuters 03/10/2014 à 19:37

LES KURDES DE KOBANI LANCENT UN APPEL À L'AIDE

par Ayla Jean Yackley et Tom Perry

SURUC Turquie (Reuters) - Les combattants kurdes qui défendent la ville de Kobani (Aïn al Arab), assiégée depuis plus de deux semaines par l'Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie, près de la frontière turque, ont lancé vendredi un appel à l'aide alors que les djihadistes appuyés par des chars et de l'artillerie resserrent leur étau autour d'eux.

La Turquie a annoncé qu'elle ferait tout son possible pour empêcher la chute de la ville mais a semblé exclure une intervention militaire directe.

Esmat al Cheikh, commandant des forces kurdes qui défendent Kobani, a déclaré vendredi que les djihadistes se trouvaient désormais à moins d'un kilomètre de la ville.

"Nous nous retrouvons assiégés dans une zone de plus en plus réduite. Nous ne recevons plus de renforts et la frontière est fermée", a-t-il déclaré par téléphone à Reuters. En cas de victoire de l'EI, a-t-il ajouté, "il faut s'attendre à un massacre général".

La coalition internationale conduite par les Etats-Unis a mené cette semaine des raids aériens contre les djihadistes près de Kobani sans parvenir à enrayer leur avance.

Vendredi, deux grands panaches de fumée s'élevaient à l'est de la ville et l'EI poursuivait son pilonnage de la localité, abandonnée par la plupart de ses habitants qui se sont réfugiés en Turquie.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche de l'opposition syrienne basée en Angleterre et qui compte de nombreux informateurs sur le terrain, une soixantaine d'obus sont tombés sur Kobani et de violents combats sont signalés à l'est et au sud-est de la ville.

EXODE

Les combattants kurdes de l'YPG, pendant syrien du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en Turquie, tentent de repousser les assauts des islamistes alors que la population civile poursuit son exode vers la Turquie, qualifié à Genève de "drame humanitaire" par le Haut Commissaire de l'Onu pour les réfugiés, Antonio Guterres.

Environ 160.000 personnes ont fui la région de Kobani depuis deux semaines.

Le Parlement turc a autorisé jeudi soir l'armée à intervenir si nécessaire en Syrie et en Irak contre les "groupes terroristes" mais Ankara entend toujours obtenir le départ du président syrien Bachar al Assad.

Le gouvernement de Damas est évidemment renforcé par les frappes de la coalition internationale contre l'EI dans l'Est car il peut ainsi intensifier ses opérations contre les insurgés dans l'ouest, le centre et le nord de la Syrie.

L'armée de Bachar al Assad s'est emparée vendredi de trois villages au nord d'Alep proches de la dernière grande voie d'approvisionnement des rebelles dans cette ville du nord-ouest du pays.

La Turquie veut l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie afin de ne pas trop renforcer le gouvernement syrien. "S'il n'y a pas de zone d'exclusion, les bases de l'EI seront bombardées et le régime d'Assad, qui a commis tant de massacres, va prendre son temps et bombarder Alep", a dit le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

SPIRALE GUERRIÈRE

"Nous ne voulons pas que Kobani tombe. Nous ferons tout ce que nous pourrons pour empêcher que cela se produise", a-t-il poursuivi, en semblant toutefois exclure une intervention militaire directe afin de ne pas être entraîné dans une spirale guerrière.

"Certains disent : 'Pourquoi ne protégez-vous pas les Kurdes de Kobani ?' Si les forces armées turques entrent à Kobani et si ensuite les Turkmènes de Yayladag demandent 'Pourquoi ne nous sauvez-vous pas ?', nous devrons y aller aussi", a dit le Premier ministre en évoquant une autre minorité ethnique présente à la frontière syro-turque.

"Quand les habitants arabes en face de (la ville frontalière turque de) Reyhanli diront 'pourquoi ne nous sauvez-vous pas non plus ?', nous devrons aussi y aller", a-t-il expliqué.

La Turquie ne veut pas non plus renforcer les combattants kurdes du PKK qui ont mené pendant des années une sanglante guérilla contre le gouvernement d'Ankara.

Abdullah Öcalan, chef du PKK emprisonné depuis 1999 en Turquie, a averti que les négociations de paix en cours depuis plusieurs mois entre les Kurdes et le gouvernement turc pourraient être rompues si l'EI prenait Kobani et massacrait ses défenseurs.

Pour Ahmet Davutoglu, on ne peut pas lier la bataille de Kobani et les discussions de paix en Turquie. "Si Kobani tombe, ce ne sera pas de la faute de la Turquie", a-t-il souligné.

A Atmanek, à la frontière entre la Turquie et la Syrie, un groupe de Kurdes turcs a été empêché par l'armée turque de rejoindre Kobani pour prêter main forte aux assiégés.

"Les Turcs veulent laisser Kobani tomber aux mains des islamistes afin de briser la volonté des Kurdes et affaiblir le PKK", dit Mehmet Guven, 45 ans, qui dénonce le "jeu trouble" d'Ankara.

(Guy Kerivel pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.