Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Affaire Bygmalion : l'étau se resserre autour de Jean-François Copé
Le Point31/10/2014 à 19:14

Jean-François Copé pouvait-il vraiment ignorer la gabegie à l'oeuvre au sein de son parti au cours de la campagne de 2012 ? Une note adressée à l'ex-patron de l'UMP pendant l'entre-deux-tours de la présidentielle, dont Le Point révèle l'existence dans son enquête "Les enfants gâtés de l'UMP", vient fragiliser la défense de celui qui se présente comme "l'homme qui ne savait rien".>> Lire aussi notre article exclusif Comment les cofondateurs de Bygmalion se sont enrichis (édition abonnés) Dans ce document, retrouvé par les policiers au siège de l'UMP, Fabienne Liadzé, la directrice des ressources, alerte son secrétaire général, Jean-François Copé, sur les difficultés financières du parti. "Si rien n'est fait pour débloquer cette situation, l'UMP sera en défaut de paiement à partir de ce lundi 30 avril", écrit la comptable le 27 avril 2012.Nous sommes alors à quelques jours du second tour de la présidentielle. Plus de sept millions d'euros ont déjà été virés par l'UMP sur le compte d'Event & Cie, la filiale de Bygmalion chargée d'organiser les meetings de Nicolas Sarkozy. Le tiers seulement de la somme globale que le parti aura finalement versée à Event en 2012. Cette année-là, plus de 22 millions d'euros sont sortis des caisses de l'UMP pour atterrir sur le compte du prestataire."Tout ceci a été une révélation sidérante" (Copé aux enquêteurs)À en croire les dirigeants de Bygmalion, cette manne aurait...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer