Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Accueil mitigé de la base policière au plan du gouvernement

Reuters27/10/2016 à 13:10

LA BASE POLICIÈRE ACCUEILLE PRUDEMMENT LE PLAN CAZENEUVE

PARIS (Reuters) - Les nouvelles mesures annoncées mercredi par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve pour apaiser la fronde policière n'ont qu'en partie convaincu la base qui manifeste depuis dix jours un peu partout en France en marge des syndicats.

Si ces derniers se sont montrés satisfaits, la mobilisation s'est poursuivie dans la rue dans la nuit de mercredi à jeudi, au Mans, à Lyon, où plus de mille personnes ont défilé, à Marseille, ou à Bayonne, selon les organisateurs.

D'autres manifestations sont annoncées jeudi soir à Grenoble, Chambéry et Angers pour protester contre les violences dont les policiers sont victimes et le manque de moyens dont ils disposent. Une autre est prévue samedi à Toulouse.

Depuis le 17 octobre, le mouvement animé par des collectifs hostiles aux organisations syndicales s'est manifesté essentiellement lors de rassemblements nocturnes auxquels se joignent de plus en plus de pompiers et policiers municipaux.

Les syndicats, qui ont été reçus mercredi par François Hollande, ont tenté de reprendre la main en organisant des rassemblements ou marches de la colère mardi et mercredi, mais les cortèges étaient moins fournis qu'à l'ordinaire.

Presque un an jour pour jour après avoir répondu à une précédente grogne policière par un protocole de plusieurs centaines de millions d'euros, le gouvernement a annoncé un plan de sécurité publique de 250 millions d'euros.

Outre les mesures visant à rénover les équipements et les commissariats, il prévoit la suppression de tâches dites indues, un durcissement des sanctions pour outrage aux forces de l'ordre, une meilleure protection de leur anonymat, et une évolution des conditions de la légitime défense.

Pour sonder les policiers frondeurs sur la pertinence de ce dispositif, le "Collectif policiers en colère", a lancé une consultation jeudi matin sur internet.

"LE MOUVEMENT VA S'APAISER"

"Estimez-vous que le ministre a répondu aux demandes, à toutes les demandes? Si oui, le mouvement doit-il s'arrêter et si non, doit-il continuer ?", demande-t-il.

"Je pense que le mouvement des policiers en colère va s'apaiser doucement après les déclarations du ministre de l'Intérieur", écrit pour sa part Robert Paturel, un ancien du service d'élite du Raid.

Le policier, dont la carrière inspire le respect à ses pairs, s'est proposé comme porte-parole du mouvement mais une partie des frondeurs le soupçonnent d'être proche de l'extrême droite.

Lui-même assure s'inscrire dans une démarche apolitique et se dit prêt sur les réseaux sociaux à poursuivre son rôle si le mouvement devait continuer.

Sur le site d'autres collectifs, des policiers en colère estiment que l'essentiel n'a pas été abordé lors de la réunion à l'Elysée : les relations avec la hiérarchie.

"La politique du chiffre n'est ni plus ni moins que l'effet pervers des primes faramineuses des commissaires. La suppression de cette prime entraînerait certainement une relation plus humaine et donc plus professionnelle avec la hiérarchie", écrit l'un d'eux.

Du côté syndical, Unité SGP police, deuxième syndicat chez les gardiens de la paix, a salué les mesures annoncées. "Il y a des gestes forts, il y a un budget, il y a des avancées. Ce serait totalement populiste et poujadiste de prétendre le contraire", a déclaré Yves Lefebvre, son secrétaire général du syndicat. Alliance, premier syndicat chez les gardiens, affirme qu'il restera vigilant sur la mise en oeuvre effective du plan.

D'autres organisations soulignent la nécessité de mettre ces mesures en oeuvre sans attendre.

"Il va falloir que ça se concrétise très rapidement sur le terrain pour que la grogne légitime que les policiers ont exprimée cesse", a estimé Jean-Marc Bailleul, secrétaire général du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure-CFDT.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.