Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Accord pour la vente de 36 Rafale "prêts à voler" à l'Inde

Reuters10/04/2015 à 19:51

ACCORD POUR LA LIVRAISON DE 36 RAFALE À L'INDE

par John Irish et Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - La France et l'Inde ont conclu vendredi un accord pour la livraison de 36 Rafale de Dassault Aviation fabriqués en France, le second contrat à l'export scellé pour l'avion de combat français après celui avec l'Egypte.

"J'ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l'Inde", a annoncé le Premier ministre indien Narendra Modi au premier jour d'une visite officielle en France, aux côtés de François Hollande.

Il a précisé lors d'une conférence de presse que les termes et conditions du contrat devaient encore être finalisés et le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rendra rapidement en Inde à cet effet, a dit le président français.

Cet accord est séparé des négociations exclusives entamées il y a trois ans pour la livraison de 126 Rafale à New Delhi, dont 108 devraient être fabriqués en Inde par Hindustan Aeronautics Limited (HAL), ce qui rend les négociations compliquées, a-t-on appris de source française.

La vente qui a fait l'objet d'un accord vendredi portera dès lors sur des avions fabriqués uniquement en France.

Selon des sources au ministère français de la Défense, les gouvernements indien français ont accéléré en décembre dernier des négociations qui se sont poursuivies jusqu'à vendredi.

L'armée de l'air indienne entretient des relations anciennes avec Dassault Aviation, qui lui a déjà fourni dans le passé des Mirage 2000. Deux Mirage 2000 modernisés par le constructeur français ont été livrés le mois dernier aux autorités indiennes et cohabiteront ainsi avec les Rafale.

SOULAGEMENT POUR LES FINANCES DE LA FRANCE

Dassault Aviation a signé le 16 février dernier son premier contrat d'exportation de l'avion avec l'Egypte, qui a commandé 24 Rafale.. Le motoriste Safran ainsi que l'équipementier aéronautique Thales participent également à ce programme.

"Avec les 24 Rafale vendus à l'Egypte, l'hypothèse d'exportation de la programmation militaire 2014-2019 est réglée", dit-on à la Défense, qui salue une "excellente nouvelle pour notre équilibre financier et pour nos industriels".

La LPM tablait en effet deux contrats export du Rafale d’ici 2017 pour pérenniser la chaîne industrielle de l'avion de chasse au-delà de 2018, date de la fin de la livraison à l'armée française des 180 appareils commandés.

L'armée française prend en principe réception de 11 Rafale par an, mais le gouvernement comptait en prélever une quarantaine d'ici 2017 pour des clients étrangers, afin de soulager son budget.

Dès cette année, seuls huit Rafale seront réceptionnés par l'armée française, puisque l'Egypte en a demandé trois, et la production des quatre années suivante sera partagée à égalité entre les deux pays, a-t-on précisé au ministère de la Défense.

La chaîne industrielle pourra monter en puissance pour répondre à une éventuelle augmentation de la demande, le nombre de 11 avions par an étant le minimum jugé indispensable par Dassault pour poursuivre la production.

Le Rafale est utilisé depuis 1998 par l'armée française, qui a commandé au total 180 Rafale, un avion qui n'avait jamais été vendu à l'export avant février.

La conclusion de ces contrats pourrait faire boule de neige.

Les discussions avec le Qatar, pour 24 commandes fermes et 12 options, sont à un stade avancé, selon des sources proches du dossier, tandis que les Emirats arabes unis s'intéressent toujours à une commande qui pourrait aller jusqu'à 60 appareils.

Dassault Aviation attend aussi depuis la mi-2013 le lancement d'un appel d'offres en Malaisie. Le Koweït, l'Indonésie et la Belgique sont autant d'autres prospects.

(Avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.