Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A peine acquitté, Donald Trump repart à l'attaque
Reuters06/02/2020 à 17:18

A PEINE ACQUITTÉ, DONALD TRUMP REPART À L'ATTAQUE

WASHINGTON (Reuters) - A peine acquitté par le Sénat américain, Donald Trump est reparti jeudi à l'attaque contre ses adversaires démocrates, qu'il a qualifiés de "malhonnêtes et corrompus", et ceux de ses ennemis qui invoquent leur foi religieuse pour le critiquer, ciblant Nancy Pelosi et Mitt Romney.

Catholique, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, à l'origine de la procédure d'"impeachment" qui s'est achevée mercredi par l'acquittement du président américain, a expliqué qu'elle n'éprouvait pas de haine à l'égard de Donald Trump mais qu'elle priait pour lui.

Quant au sénateur républicain, il a justifié sa décision de voter pour la destitution du président - le seul élu républicain à avoir fait ce choix - en invoquant sa foi mormone.

"Je n'aime pas que des gens utilisent leur foi pour justifier leurs mauvaises actions. Et je n'aime pas non plus les gens qui disent: 'Je prie pour vous' quand ils pensent le contraire", a réagi Donald Trump lors du National Prayer Breakfast (petit-déjeuner national de prière) organisé chaque année à Washington.

Tout sourire à son arrivée, le président américain a brandi les unes des journaux titrant sur son "acquittement". Il a évité de croiser Nancy Pelosi, présente dans la salle.

Donald Trump a été ovationné avant de lancer : "Ils (les démocrates) ont fait tout leur possible pour nous détruire - et en faisant cela, ils ont fait beaucoup de mal à notre pays. Ils savent que ce qu'ils font est mauvais mais ils se placent eux même très loin de notre grand pays."

"Comme tout le monde le sait, ma famille, notre grand pays et votre président ont été soumis à une terrible épreuve par certaines personnes très malhonnêtes et corrompues", a poursuivi le milliardaire new-yorkais.

Donald Trump avait été mis en accusation par la Chambre des représentants à majorité démocrate pour abus de pouvoir et entrave aux travaux du Congrès.

Il était accusé d'avoir fait pression sur son homologue ukrainien Volodimir Zelenski et conditionné le déblocage d'une aide militaire à l'ouverture par les autorités ukrainiennes d'enquêtes contre Joe Biden, son possible adversaire démocrate à l'élection présidentielle de novembre.

L'arithmétique du Sénat ne laissait aucun doute sur l'issue du procès en destitution puisque l'accusation devait réunir une majorité des deux tiers, soit 67 voix, pour obtenir la destitution du 45e président des Etats-Unis. Seul Mitt Romney, parmi les 53 sénateurs républicains, avait annoncé qu'il sanctionnerait le président en exercice.

La procédure d'"impeachment" a illustré la polarisation extrême de la classe politique et de la société américaines, exacerbée par le contexte d'une année électorale au terme de laquelle les démocrates espèrent prendre leur revanche sur Trump et le priver d'un second mandat à la Maison blanche.

(Jeff Mason et Steve Holland, version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Philippe Lefief)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer