1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

À 74 ans, elle a choisi la date de sa mort
Le Point27/08/2018 à 18:55

La pratique étant illégale en France, Jacqueline Jencquel se rendra en Suisse.  (crédit : Leon Tanguy)

Elle veut « mourir debout ». Jacqueline Jencquel a offert un témoignage très particulier à Konbini News. Âgée de 74 ans, cette femme ne souffre pas d'une maladie dégénérative ni incurable. Elle se dit même heureuse. Mais elle a déjà fixé la date de sa mort. Ce sera en janvier 2020 qu'elle mettra fin à ses jours.

Interrogée, elle explique ses raisons. « Je me suis battue pour avoir la vie que j'ai. Je me suis battue pour l'IVG, maintenant je me bats pour l'IVV, j'appelle ça comme ça, l'interruption volontaire de vieillesse. » Cette femme née en Chine milite depuis dix ans pour la légalisation du suicide assisté en France. Pourquoi ? « J'ai fait tout ce que j'ai voulu faire, c'est pour ça que je vous dis que maintenant, bon, maintenant quoi ? C'est du rab. »

Lire aussi Euthanasie : « On doit être libre de choisir son destin »

La peur de la vieillesse

Dans ses mots transparaît aussi une certaine peur des années qui passent, de la souffrance et de la maladie. « Quand on est vieux, on n'est jamais en pleine forme. Jamais. On est plus ou moins bien, mais on a des trucs. On a ce que l'on appelle les polypathologies de la vieillesse. Moi, par exemple, j'ai trois vertèbres qui sont fracturées à cause de l'ostéoporose. »

Jacqueline Jencquel souhaite aussi laisser une certaine image...

Lire la suite sur Le Point.fr

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • NYORKER
    30 décembre14:31

    Tant qu'il y aura du saucisson et du Bordeaux , je reste en vie

    Signaler un abus

  • BBirungi
    17 septembre12:29

    " On est plus ou moins bien, mais on a des trucs. On a ce que l'on appelle les polypathologies de la vieillesse. " tout dépend de l'alimentation. Pas de laitages, pas de céréales et on a pas tous ces problèmes.

    Signaler un abus

  • BBirungi
    17 septembre12:23

    Fauja Singh se met sérieusement à la course de fond à l'âge de 88 ans.

    Signaler un abus

  • heimdal
    09 septembre10:19

    Elle n'a ni tort ni raison .La nature s'est chargée d'inventer toutes sortes de subterfuges pour nous faire nous accrocher à la vie ,le sexe ,l'ambition la volonté l'entourage familial mais aussi l'alcool ,les drogues .Que reste-t-il de tout ça à 74 ans à part les derniers cités .

    Signaler un abus

  • lm123457
    05 septembre13:55

    Excellent article :http:/ /www.lef igaro.fr/vox/societe/2018/08/29/31003-20180829ARTFIG00195-jacqueline-jencquel-chez-hugo-clement-femme-courageuse-ou-lobbyiste.phpretirer les espaces entre les / et entre lef et igaro.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer