OPA : nouvelle réforme des règles du jeu en vue

le
0
E. PIermont / AFP
E. PIermont / AFP
Pour que l'OPA lancée, il y a un an, par Ardian (ex-Axa Private Equity) et le groupe chinois Fosun sur le Club Méditerranée réussisse, il faut, condition sine qua non, que ce tandem puisse réunir 50,01% du capital de l'exploitant de villages de vacances. Pour l'instant, ils n'en détiennent que 20% à eux deux. Ce chiffre de 50,01%, un seuil de renonciation volontaire, a été fixé par les initiateurs mêmes de l'offre sur le Club. Il correspond tout simplement à la majorité des voix qui donne un plein contrôle de la société acquise. L'AMF propose de modifier son règlement général et d'instaurer un «seuil de caducité» de 50% obligatoire, pour toute offre de prise de contrôle, volontaire ou obligatoire. L'esprit de la réforme est d'éviter les OPA au rabais portant sur une fraction du capital trop facile à collecter, au-dessous du seuil des 50%, qui plus est quand l'offre faite aux actionnaires valorise très mal la prime de contrôle. En septembre dernier, la banque Macquarie avait dû renoncer à prendre le contrôle de Theolia. Le marché avait jugé trop peu généreuse l'offre de l'investisseur australien sur le producteur français d'énergie éolienne (1,70 euro par action regroupée). Macquarie n'avait pas pu réussir à contrôler les deux tiers des droits de vote qu'il visait et a donc renoncé à racheter Theolia. Les actions Theolia avaient été restituées aux actionnaires qui les avaient apportés à l''offre.

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant