Les investisseurs français toujours pessimistes à propos du financement de leur retraite

le
0

(NEWSManagers.com) -

Des nouvelles approches d'investissement et davantage de conseils. Telles sont les demandes des investisseurs français dès lors qu'il est question du financement de leur retraite selon l'étude mondiale (*) de Natixis Global Asset Management publiée ce mercredi. Il est vrai que les sondés estiment désormais que la responsabilité du financement des retraites se déplace des Etats et des entreprises vers les ménages. En outre, les investisseurs pointent la présence de menaces exogènes importantes et de problématiques plus personnelles, qui pourraient avoir un impact sur le financement de leur retraite. " En France, 43% des investisseurs estiment ainsi que l'inflation représente une menace pour leur bien-être matériel. 41% craignent une dégradation de la situation financière du pays, 40% une insuffisance des retraites publiques" , indique l'étude.

Les facteurs économiques et politiques sont également sources d'inquiétude. Une possible récession dans la zone euro constitue une menace potentielle pour 48% des sondés français (36% dans le monde). Les autres risques pointés par ces derniers sont un ralentissement économique mondial (43% des sondés), une croissance mondiale trop faible (41%), les tensions géopolitiques (28%), la hausse des taux d'intérêt (25%) et le terrorisme (25%).

Par ailleurs, les investisseurs français sont moins optimistes que leurs homologues internationaux sur le comportement de leurs placements. Seuls 54% (contre 73% à l'échelle mondiale) estiment que leur portefeuille affichera des performances satisfaisantes en 2015. Alors que 44% des investisseurs internationaux pensent obtenir de meilleurs résultats qu'en 2014, ils ne sont que 21% en France. " Si le regain d'optimisme des investisseurs français est moindre, c'est sans doute parce qu'ils sont plus sensibles à la volatilité intrinsèque des marchés financiers et se sentent moins préparés : 69 % d'entre eux n'ont pas d'objectifs financiers clairs, et 73 % n'ont pas élaboré de plan financier en vue de la réalisation desdits objectifs " , explique Christophe Point, directeur de Natixis Global AM Distribution France, Suisse Romande et Monaco.

Un point positif cependant: 34 % des investisseurs français pensent que les actions vont surperformer les autres classes d'actifs. Et ils sont déjà 69% à reconnaître que les approches traditionnelles d'allocation d'actifs qui mixent actions et obligations ne sont pas les plus porteuses en termes de performance. Reste que pour aborder les marchés plus sereinement, 89% des investisseurs français, considèrent qu'il est important de recevoir les conseils d'un professionnel de la gestion pour mener une stratégie d'investissement plus disciplinée et rationnelle.

(*) L'étude menée en 2015 par Natixis Global Asset Management auprès de 500 investisseurs particuliers en France et dans le cadre d'une étude plus vaste menée à l'échelle mondiale auprès de 7000 investisseurs répartis dans 17 pays d'Asie,d'Europe, des Amériques et du Moyen-Orient. L'étude examine les attitudes des investisseurs vis-à-vis de l'élaboration des portefeuilles, du risque, du conseil, de l'épargne, de l'investissement et des marchés. Les sondés disposent d'un patrimoine net investissable minimum de 200 000 dollars (ou une somme équivalente en parité de pouvoir d'achat).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant