Grèce : la délicate question des réparations de guerre allemandes

le
7
Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras a évoqué la facture des crimes nazis contre la Grèce.
Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras a évoqué la facture des crimes nazis contre la Grèce.

Ça commence fort entre les nouveaux maîtres de la Grèce et Berlin. Les vainqueurs de Syriza n'ont pas attendu bien longtemps pour extirper un vieux cadavre nauséabond des placards de l'histoire : la question des réparations de guerre promises à la Grèce par l'Allemagne vaincue - mais jamais payées.

À peine élu, Alexis Tsipras, le nouveau Premier ministre grec, est allé se recueillir sur le site de Kaisariani, à l'est d'Athènes. Le 1er mai 1944, la Wehrmacht y fusilla deux cents résistants grecs en représailles à l'assassinat de l'un de ses généraux pris dans une embuscade de la résistance quelques jours auparavant. Le choix de ce lieu symbolique pour ce tout premier acte officiel est un message subtil à l'intention des Allemands, leur rappelant qu'ils sont eux-mêmes de très mauvais payeurs et que leur dette de guerre n'a cessé d'être ajournée.

Une dette de 8,25 à 11 milliards de dollars

Alexis Tsipras n'est pas le seul, ces temps-ci dans son pays, à rappeler aux Allemands les horreurs dont ils se sont rendus coupables durant la Seconde Guerre mondiale : le 6 avril 1941, l'armée allemande envahit la Grèce. Pendant quatre ans, le pays va subir une des occupations les plus violentes en Europe. Les Grecs résistent. La répression est sanglante. Des villages entiers sont massacrés. Le bilan en vies humaines est l'un des plus lourds d'Europe. La Grèce occupée est forcée de participer à l'effort de guerre nazi. La population est soumise aux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • uran le vendredi 6 fév 2015 à 12:27

    sur le site pieds-humides point com cliquer sur le lien delcampe et vous trouverez de la dette grecque non payée dans les années après guerre en même temps que la dette allemande.

  • uran le vendredi 6 fév 2015 à 11:03

    A la même époque il y a eut une restructuration de la dette grecque. Elle a été partiellement effacée et les créanciers qui ont refusé d'accepter ont eut leur dette annulée. Pour mémoire certains reliquats de cette dette qui expirait dans les années 90 n'ont pas été payés. A titre personnel en tant que Collectionneur de titres anciens je possède de la dette grecque non honorée.

  • gaia2011 le lundi 2 fév 2015 à 18:12

    Oup's ! La brèche est ouverte, d'autres vont probablement s'y engager...

  • jy831 le lundi 2 fév 2015 à 17:43

    Ton voisin t'a fait les pires ignominies.Il s''écroule ,tu le pardonnes,tu effaces ses dettes.Ensuite il te roule dans la farine en te pretant l'argent qu il te doit pour t'endetter et faire sa croissance.Puis une fois que tu es endété il t'impose sa loi pour que tu ne te reléves jamais et rachéte a prix cassé ta maison

  • jy831 le lundi 2 fév 2015 à 17:39

    Si pour les allemands il y a prescription de leur dette qu'en sera t'il de la grece dans 50 ans?Car il est question d'allonger la maturité de leur dette a 50 ans.L'allemagne nous a plongé dans cette crise avec son exigence d'austérité,il serait bien qu'elle sorte de l'europe et qu'elle se débrouille toute seule avec son euromark fort,on en a assez de l'allemagne depuis des siecles en europe

  • jy831 le lundi 2 fév 2015 à 17:33

    Selon certains la grece est dans le goufre pendant des dizaines d'années encore a cause de sa dette.C'est a dire autant de temps qu il s'est passé de la seconde guerre mondiale a l'effacement de la dette allemande.Alors pourquoi la gréce ne profiterait pas auprés de l allemagne des meme faveurs qu'elle lui a octroyé?Aprés tout elle a fait moins de bétises que l'allemagne...

  • olive84 le lundi 2 fév 2015 à 17:16

    Delicate?? bein si on applique le paradigme Allemand "une dette est une dette et elle doit être payée"... mais les Allemands étant de très mauvaise foi, ils vont essayer de travest.ir la verité encore une fois...