France-Les industries de la mode pèsent 150 mds d'euros-Etude

le
0
    PARIS, 4 octobre (Reuters) - Les industries de la mode 
française au sens large, incluant vêtements, maroquinerie, 
parfums, optique, horlogerie et joaillerie, représentent un 
chiffre d'affaires de 150 milliards d'euros, selon une étude 
réalisée par l'Institut français de la mode (IFM) présentée 
mardi en marge de la "fashion week" parisienne. 
    Cette étude inédite, qui vise à rendre compte du "véritable 
périmètre" des industries de la mode et de leur poids dans 
l'économie française, englobe les activités directes de ces 
différents secteurs d'activité ainsi que leurs effets indirects 
(revenus distribués aux salariés ou valeur ajoutée créée pour 
les entreprises sous-traitantes comme la publicité, les 
transports ou la logistique). 
    Ces données sont calculées à partir des chiffre d'affaires 
des entreprises concernées résidentes en France.  
    Elles permettent d'établir que le secteur dégage une valeur 
ajoutée de 36 milliards d'euros, soit 1,7% du produit intérieur 
brut (PIB) français. 
    "Il s'agit d'une vision globale de la mode comme une 
économie de la marque et de l'immatériel", a déclaré à la presse 
Pascal Morand, président exécutif de la fédération française de 
la couture. 
    Elle permet de voir que le secteur pèse finalement plus 
lourd que l'aéronautique (102 milliards d'euros de chiffre 
d'affaires) ou l'automobile (39 milliards), a-t-il ajouté lors 
d'une présentation réunissant pour la première fois les 
fédérations de la couture et du prêt-à-porter. 
    "Il s'agit d'un premier état des lieux, alors qu'aucun 
chiffre sur cette économie n'avait jusqu'ici été donné", a 
renchéri Pierre-François Le Louët, président de la Fédération du 
prêt-à-porter féminin. 
    Le chiffre d'affaires du secteur de l'habillement totalise  
67 milliards d'euros, devant les parfums et cosmétiques (44 
milliards), la maroquinerie-chaussures (22 milliards), l'optique 
(9 milliards) et l'horlogerie-bijouterie (8 milliards).  
    Au total, les emplois directs des industries de la mode 
atteignent 580.000. 
    L'étude révèle aussi qu'avec plus de 300 défilés par an, les 
"fashion weeks" parisiennes constituent un vrai moteur 
économique pour la capitale avec un chiffre d'affaires estimé à 
10,3 milliards d'euros par an pour le secteur et 1,2 milliard 
d'euros de retombées économiques. 
 
 (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant