FRANCE 2017-Macron promet de la proportionnelle dès l'An I de son mandat

le
0
    * L'un des termes de l'alliance entre Macron et Bayrou 
    * Le Front national veut la proportionnelle intégrale 
    * Macron veut placer le FN devant ses responsabilités 
 
    PARIS, 5 mai (Reuters) - Emmanuel Macron, grand favori de 
l'élection présidentielle, a promis vendredi sur RTL 
d'introduire une dose de scrutin proportionnel dans les 
législatives dès la première année de son quinquennat, s'il est 
élu, quitte à permettre au Front national d'avoir un groupe 
parlementaire à l'Assemblée. 
    "Je mènerai très rapidement une réforme qui permettra 
d'instiller une dose de proportionnelle, parce que je souhaite 
que toutes les forces politiques, y compris celles qui me 
combattent, puissent figurer au Parlement", a-t-il déclaré. 
    "Ça veut dire que je souhaite le faire la première année", a 
ajouté le candidat d'En Marche ! et ex-ministre de l'Economie, 
qui affrontera dimanche au second tour de la présidentielle la 
présidente en congé du FN, Marine Le Pen. 
    Pressé de dire si cela interviendrait avant décembre, 
Emmanuel Macron a répondu : "Oui, exactement." 
    L'introduction d'une dose de proportionnelle est l'un des 
termes de l'alliance conclue avec le président du MoDem, 
François Bayrou, qui a sans doute permis au candidat d'En Marche 
! de rallier de nombreuses voix centristes. 
    Le Front national se pose depuis longtemps en victime du 
système actuel, qui l'a jusqu'ici empêché d'avoir un nombre de 
députés en rapport avec la taille de son électorat. 
    Sous la Ve République, la proportionnelle intégrale n'a été 
appliquée que lors des législatives du 16 mars 1986, sous la 
présidence de François Mitterrand qui en avait été l'artisan.  
     
    L'ARGUMENT DE LA VICTIMISATION 
    Trente-cinq députés du Front national avaient été élus et 
avaient formé un groupe parlementaire présidé par le fondateur 
du parti d'extrême droite, Jean-Marie Le Pen, père de Marine. 
    Une performance que le FN n'a jamais pu rééditer en dépit de 
son installation dans le paysage politique français, le scrutin 
uninominal majoritaire à deux tours ayant ensuite été rétabli.  
    Pour Emmanuel Macron, le FN reste l'adversaire politique 
prioritaire. Mais il estime que le parti de Marine Le Pen se 
nourrit notamment de sa sous-représentation au Parlement en se 
présentant en victime du système. 
    "Je souhaite que l'assemblée représente mieux notre société 
politique", a-t-il expliqué jeudi sur CNEWS. "Est-ce qu'avoir 
deux députés Front national avec un système majoritaire nous 
protège du Front national ? Nous sommes en train de vivre 
exactement le contraire." 
    "Mieux vaut les mettre face à leurs responsabilités et avoir 
une vraie sincérité de la représentation nationale", a ajouté le 
candidat d'En Marche !. 
    Les prochaines législatives, en juin, auront lieu au régime 
du scrutin majoritaire à deux tours. 
    Selon une enquête Opinionway-SLPV Analytics pour les Echos 
publiée mercredi, le FN n'obtiendrait alors que 15 à 25 des 535 
sièges de France métropolitaine, malgré la qualification de 
Marine le Pen au second tour de la présidentielle avec plus de 
21% des suffrages au premier tour.   
 
 (Sophie Louet, édité par Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant