Décryptage : le troisième plan d'aide à la Grèce en 5 ans

le
2
Tsipras, Merkel, Hollande ont dû faire des compromis pour parvenir à un accord.
Tsipras, Merkel, Hollande ont dû faire des compromis pour parvenir à un accord.

« Il n'y a ni vainqueur ni perdant. C'est un compromis typiquement européen. » Jean-Claude Juncker veut permettre à tout le monde de sauver la face, lundi matin à l'issue un week-end marathon de sommets. Après 14 heures de discussions laborieuses entre ministres des Finances de la zone euro, puis 17 heures entre les chefs d'État et de gouvernement, le scénario d'une sortie de la Grèce de la zone euro est écarté, au moins pour l'instant. Un troisième plan d'aide devrait être accordé après celui de 2010 puis celui de 2012.

Au terme du compris trouvé par les chefs d'État et de gouvernement, le Premier ministre grec devra imposer à sa majorité un programme de réformes bien plus important que celui qui avait été rejeté par les Grecs lors du référendum du 26 juin. Un premier train de mesures (hausse de la TVA de 10 points, réforme des retraites, etc.) doit être voté le plus vite possible pour restaurer la confiance de ses créanciers sur sa capacité à appliquer le programme. « Il s'agit de mesures qui renforceront sans aucun doute la récession », a reconnu Alexis Tsipras, à la sortie du sommet.

Plus de 80 milliards de nouveaux prêts

Il faut dire les créanciers publics devraient apporter entre 82 et 86 milliards de financements à Athènes d'ici fin 2018 alors que la discussion précédente ne portait que sur un financement de quelques mois. La somme, qui peut encore varier, s'ajoute aux 220 milliards d'euros déjà...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 13:43

    En attendant le 4eme pour 2016 et le 5eme pour 2017.....

  • fquiroga le lundi 13 juil 2015 à 12:11

    Et ce n'est pas fini.....