Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

ETN, fractions d’actions et achats de titres à un cours préférentiel: avantages et risques
Dernière mise à jour le : 20/10/2022

En Bourse, l’univers d’investissement des particuliers ne cesse de s’élargir crédit photo : Getty Images

En Bourse, l’univers d’investissement des particuliers ne cesse de s’élargir crédit photo : Getty Images

Alors que l’intérêt des particuliers pour la Bourse ne se dément pas, l’offre de produits et de services tend à s’enrichir. Les investisseurs sont sollicités pour acheter des fractions d’actions, lesquelles rendent plus abordables les titres dont la valeur unitaire est très élevée. En outre, certaines levées de fonds réalisées à un cours préférentiel, autrefois réservées aux institutionnels, deviennent accessibles. Enfin, les ETN offrent la possibilité d’élargir votre univers d’investissement. Retour sur ces nouveautés et les risques qui y sont associés.

Sommaire:

  • Acheter des fractions d’actions
  • Participer à des levées de fonds à un cours préférentiel
  • Les ETN: pour élargir votre univers d’investissement, non sans risques

Acheter des fractions d’actions

Certaines actions, notamment dans le secteur de la technologie américaine, affichent une valeur unitaire très élevée. Les actions de classe A avoisinent, voire dépassent les 3.000 dollars l’unité, ce qui les rend inaccessibles à un certain nombre d’investisseurs. Afin de contourner ce problème, des plateformes de trading en ligne proposent d’investir dans des fractions d’actions. Vous pouvez par exemple acquérir 1/10e d’un titre, ce qui peut intéresser des investisseurs débutants dont les moyens sont limités.

Toutefois, toutes les offres dans ce domaine ne reposent pas sur le même mécanisme et ne se valent donc pas. Dans certains cas, vous achetez réellement une fraction d’action. Dès lors, en les cumulant, vous parviendrez à reconstituer une action “entière”. Dans d’autres cas, vous n’achetez qu’un titre financier émis par la plateforme et qui reproduit le parcours de l’action sous-jacente. Vous n’êtes alors pas actionnaire, vous n’avez aucun droit de vote et vous ne recevez aucun dividende de la part de l’entreprise en cas de distribution des bénéfices. En outre, si vous achetez un titre financier émis par une plateforme, vous êtes exposé au risque de sa faillite. Enfin, il convient de souligner que les fractions d’actions ne peuvent être revendues par le biais d’un courtier classique. Il faut obligatoirement avoir recours à la plateforme utilisée lors de l’achat.

À savoir

Les plateformes proposant d’acheter des fractions d’actions mettent le plus souvent en avant l’absence de frais de transaction. En réalité, la plateforme peut par exemple se rémunérer grâce à l’écart plus ou moins grand entre le cours d’achat et le cours de vente proposés.

Participer à des levées de fonds à un cours préférentiel

PrimaryBid, la fintech britannique qui permet aux investisseurs particuliers d‘accéder aux levées de fonds des entreprises cotées, normalement réservées aux investisseurs institutionnels, a lancé son service en France en partenariat avec trois courtiers, dont Boursorama.

Concrètement, les investisseurs particuliers bénéficiant de ce service peuvent acquérir, de manière privilégiée, des actions issues d’augmentation de capital ou de cession de titres des sociétés cotées, à un cours préférentiel par rapport au dernier cours de clôture et sans frais de transaction. Les investisseurs sont informés des opérations à venir le jour même, tandis que les caractéristiques définitives des levées de fonds sont communiquées quelques minutes avant leur ouverture. Dès lors, il convient d’être très réactif et en mesure d’évaluer l’intérêt de l’opération en quelques minutes. Le service ne s’adresse donc pas à tous les particuliers.

À noter

Selon PrimaryBid, “les entreprises françaises peuvent ainsi accéder à une nouvelle source de financement, tout en améliorant leur gouvernance en traitant les différentes catégories d’investisseurs sur un pied d‘égalité”.

Les ETN: pour élargir votre univers d’investissement, non sans risques

Dans le sillage des ETF (Exchange Traded Fund), communément appelés trackers , de plus en plus d’ETN (Exchange Traded Note) apparaissent sur les marchés financiers. L’objectif de ces deux produits cotés est similaire: répliquer la performance d’un sous-jacent. On parle de gestion passive.

Toutefois, là où l’ETF va répliquer la performance d’un indice boursier, d’un secteur ou encore d’un panier d’actions cotées, l’ETN va s’aventurer vers des placements et des instruments moins faciles d’accès pour les investisseurs particuliers. Le plus souvent, il s’agit de matières premières (cacao, coton, sucre, argent…) et il faut alors plus spécifiquement parler d’ETC (Exchange Traded Commodity). Mais certains émetteurs d’ETN proposent aussi d’investir sur des cryptomonnaies comme le bitcoin ou l’Ethereum.

À savoir

Tout ETN s’accompagne d’un Document d’Information Clé (DIC, ou KID en anglais) qui informe l’investisseur des coûts, de la politique d’investissement et des risques associés au produit.

Si l’objectif de l’ETN est similaire à celui de l’ETF et s’ils s’échangent tous les deux aussi facilement qu’une action cotée, leurs caractéristiques n’en sont pas moins très différentes. Alors qu’un ETF est un fonds d’investissement, l’ETN est un titre de créance. Il s’apparente à une obligation qui ne verse pas d’intérêt. Il existe donc un risque de contrepartie: si l’émetteur fait défaut, au moins une partie du prix d’acquisition ne vous sera pas remboursée. Par ailleurs, les ETN affichent des volumes d’échange beaucoup plus réduits que les ETF. Cela peut se traduire par un manque de liquidités et des prix d’échange qui ne reflètent pas toujours ceux de l’actif sous-jacent.

L’appétit des particuliers pour la Bourse ne se dément pas

Selon le tableau de bord des investisseurs particuliers actifs établi par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), 934.000 particuliers ont réalisé un achat ou une vente d’actions au cours du 2e trimestre 2021. Le record enregistré au dernier trimestre 2019, lors de l’introduction en Bourse de la Française des jeux, a ainsi quasiment été égalé. Cela représente une hausse de +28% par rapport au 2e trimestre 2020. Une tendance qui se poursuit en 2022 puisqu’il y aurait aujourd’hui plus de 2,5 millions de “particuliers actifs” en Bourse. Deux fois plus qu’en 2020.

Valeurs associées

NEXC +0.02%

Annonces immobilières