Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Don d’argent: comment aider un proche en temps de Covid-19?
Dernière mise à jour le : 21/06/2021

Il est possible d’aider un proche avec un don ou un prêt crédit photo : Shutterstock

Il est possible d’aider un proche avec un don ou un prêt crédit photo : Shutterstock

La crise sanitaire et économique a provoqué une baisse des revenus chez beaucoup de Français. Tous n'ont pas souffert et certains plus que d'autres. Les jeunes sont les plus affectés, tandis que les retraités ont été préservés grâce à la récurrence de leur pension. Dans ce contexte, l'entraide est nécessaire. Ainsi, les personnes peu touchées par la crise peuvent vouloir aider un parent en réalisant un don d'argent ou un ami en lui accordant un prêt.

Sommaire:

  • La crise a pesé sur les revenus des Français, surtout ceux des plus jeunes
  • Le don familial: jusqu'à 31.865 euros sans impôt
  • Le prêt constitue une alternative, notamment pour aider un ami
  • Une exonération temporaire pour aider un enfant

La crise a pesé sur les revenus des Français, surtout ceux des plus jeunes

Même si l'État a mis en place des dispositifs de soutien pour limiter l'impact négatif de la crise sanitaire sur l'économie, les revenus des Français ont reculé depuis mars 2020. Selon les économistes du Conseil d'Analyse Économique (CAE), leur baisse a pu atteindre 5% sur la seconde partie de l'année 2020. Les jeunes, étudiants ou actifs, ont été particulièrement touchés: leurs revenus ont chuté entre 5% et 10% quand ceux des retraités sont restés stables.

Dans ce contexte, ceux qui le peuvent ont logiquement envie d'aider (grâce à leur épargne ou leurs revenus) leurs proches et amis rencontrant des difficultés. Deux solutions s'offrent alors à eux: donner ou avancer de l'argent.

Le don familial: jusqu'à 31.865 euros sans impôt

Si vous avez moins de 80 ans au jour du don, vous pouvez donner à un membre de votre famille jusqu'à 31.865 euros sans payer d'impôt, tous les quinze ans. Il peut s'agir de vos enfants , petits-enfants ou arrière-petits-enfants ou, à défaut, de vos neveux et nièces (en cas de décès de ces derniers, à vos petits-neveux ou petites-nièces). Dans tous les cas, la personne recevant le don doit être majeure, ou avoir fait l'objet d'une émancipation au jour du don.

Le plafond du montant du don familial s'entend par donateur (celui qui donne). Par conséquent, un petit-fils peut par exemple recevoir jusqu'à 31.865 euros de chacun de ses grands-parents. La somme peut être versée en liquide, par chèque, par virement ou par mandat. Il n'est pas obligatoire d'établir un acte notarié.

En outre, cette exonération peut se cumuler avec les abattements de droit commun sur les donations , accordés en fonction du lien de parenté (100.000 euros par enfant, 31.865 euros par petit-enfant…). Si vous effectuez un don familial supérieur à 31.865 euros, la part du don venant en excès de cette somme est également exonérée de toutes taxes au titre de l'abattement de droit commun, si celui-ci n'a pas été utilisé au cours des quinze années précédentes .

À savoir

La déclaration du don familial de sommes d'argent à l'administration fiscale est obligatoire. Elle doit être réalisée dans un délai d'un mois. Pour cela, vous devez utiliser le formulaire n° 2735.

Le prêt constitue une alternative, notamment pour aider un ami

Pour apporter une aide financière à un proche, le prêt entre particuliers constitue une solution simple à mettre en place. En effet, vous pouvez avancer une certaine somme d'argent pour une période convenue, en appliquant ou non des intérêts.

Afin de prévenir la survenance d‘un conflit (“les bons comptes font les bons amis”), il est recommandé d'établir un contrat de prêt ou de faire signer à l'emprunteur une reconnaissance de dettes. De toute manière, un contrat de prêt ou une reconnaissance de dettes est obligatoire pour les montants supérieurs à 1.500 euros. La preuve par tout moyen (SMS, email, écriture bancaire, témoignage…) est admise pour les prêts d'un montant inférieur à 1.500 euros.

Si vous percevez des intérêts sur le montant prêté, votre ami emprunteur doit déclarer l'emprunt auprès de l'administration fiscale à l'aide du formulaire n° 2062. En outre, chaque année, vous devez mentionner les intérêts perçus sur votre déclaration de revenus , dans la rubrique des revenus de capitaux mobiliers. Ceux-ci sont donc imposés. Puisqu'il s'agit d'aider un proche, lui concéder un prêt sans intérêts reste probablement la solution la plus simple et la plus attractive pour les deux parties...

À savoir

Un prêt doit être remboursé. Dans le cas contraire, il risque d'être requalifié en donation, avec à la clé des droits à payer, majorés de pénalités de retard. Par ailleurs, les sommes obtenues par l'emprunteur peuvent être imposées comme un revenu.

Une exonération temporaire pour aider un enfant

Jusqu'au 30 juin 2021, un dispositif a été créé avec pour objectif d'encourager la transmission et l'aide aux plus jeunes. Par conséquent, les dons de sommes d'argent à un enfant, petit-enfant ou arrière-petit-enfant sont exonérés de toute imposition si la somme donnée est affectée dans les trois mois à l'un des projets suivants:

  • La construction de la résidence principale du bénéficiaire.
  • La réalisation de travaux énergétiques dans la résidence principale du bénéficiaire ( éligibles à la prime de transition énergétique ).
  • La création ou le développement d'une entreprise (comptant moins de 50 salariés, existante depuis moins de cinq ans, n'ayant pas encore distribué de bénéfices et avec un bilan inférieur à 10 millions d'euros) dont la direction est assurée par le bénéficiaire du don pendant une durée de trois ans.

Le plafond d‘exonération par donateur est fixé à 100.000 euros. Cependant, un même bénéficiaire peut recevoir plusieurs dons de 100.000 euros.

Gérer son budget en temps de crise

En temps de crise, il est plus que jamais primordial de maîtriser son budget et de rationaliser ses dépenses. Des économies sont toujours réalisables (abonnements téléphoniques, Internet, streaming vidéo, application musicale, carte bancaire…). Il est aussi possible de différer les achats non prioritaires et de résister à la tentation du shopping en ligne. Dans tous les cas, il vaut mieux éviter de souscrire un crédit à la consommation ou de creuser un découvert. Dans les situations les plus difficiles, le regroupement de crédits est à envisager car il permet de baisser les mensualités de remboursement (attention, toutefois, ce mécanisme revient à augmenter votre dette).

Annonces immobilières