Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

3 méthodes pour réduire son IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière)
Dernière mise à jour le : 04/09/2020

Des méthodes de défiscalisation existent pour réduire son IFI. crédit photo : New Africa/Shutterstock / New Africa

Des méthodes de défiscalisation existent pour réduire son IFI. crédit photo : New Africa/Shutterstock / New Africa

L’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pèse lourdement sur le placement préféré des français à savoir l’immobilier. Il est possible toutefois de diminuer la facture.


Sommaire:

  • Le don à un organisme d’utilité publique
  • La donation temporaire ou définitive de l’usufruit
  • L’acquisition de biens en nue-propriété

La taxe sur la fortune immobilière (IFI) pèse comme son nom l’indique sur le patrimoine immobilier des contribuables concernés et cela quelle que soit sa forme. Le patrimoine immobilier peut en effet être détenu en direct, ou par le biais d’une société ou de parts de «pierre-papier» comme des SCPI ou des OPCI. L’IFI s’applique sur le patrimoine immobilier à partir d’une valeur de 1,3 millions d’euros. Il existe cependant des méthodes pour réduire la facture sans avoir à céder son patrimoine. Celles-ci ne reposent pas sur la cession de ce patrimoine.

Le don à un organisme d’utilité publique

Les contribuables peuvent octroyer des dons à des organismes d’utilité publique comme des associations de soutien à des publics en difficulté ou encore à des hôpitaux et déduire 75% de leurs montants de l’IFI dans la limite de 50 000 euros par an et par foyer fiscal. Outre le fait d’être octroyé à un organisme réputé d’utilité publique, pour être pris en compte, les dons doivent avoir été réalisés au plus tard le 15 juin, sinon la déduction est reportée à l’année suivante.

La donation temporaire ou définitive de l’usufruit

Pour être redevable de l’IFI, il faut être en pleine possession du bien. La nue-propriété d’un bien ne se porte pas en effet à l’actif de l’IFI. Ainsi, pour réduire son IFI, il peut être opportun de céder la nue-propriété d’un ou plusieurs de ses biens immobiliers à son ou ses enfants de façon temporaire, tout en conservant l’usufruit.

Exemple

Un contribuable peut donner à son enfant, fiscalement indépendant du foyer fiscal, un usufruit de 5 ans sur l’appartement dont il est propriétaire. L’enfant peut alors occuper l’appartement ou le louer et utiliser les revenus pour payer ses études. La cession peut aussi être définitive, les deux parties: parents et enfants ne sont alors pas redevables de l’IFI, cette procédure permet aussi d’anticiper la transmission et de diminuer les frais de succession. Lorsqu’un bien est démembré, le détenteur de l’usufruit comme celui qui possède la nue-propriété ne sont pas soumis à l’IFI. Il faut posséder intégralement le bien pour qu’il entre dans le patrimoine immobilier éligible à l’IFI.

L’acquisition de biens en nue-propriété

Une autre solution pour acquérir des biens immobiliers sans être redevable à l’IFI est d’investir en nue-propriété. Le principe consiste à acheter la nue-propriété d’un ou plusieurs appartements, un bailleur institutionnel acquérant pour sa part un usufruit temporaire, généralement d’une durée comprise entre 15 et 18 ans. Ce type d’acquisition est assorti d’une forte décote et permet de se constituer un patrimoine sur le long terme, dont l’usufruit devient disponible au moment du départ à la retraite.

Ces 3 méthodes permettent de se constituer un patrimoine immobilier. Toutefois, elles reportent dans le temps la possession entière et la jouissance d’un bien. Il est de ce fait impossible de rembourser le crédit lié à une acquisition par le loyer du bien. Cette méthode s’applique donc à des familles dont les revenus sont élevés et/ou qui peuvent acquérir un bien sans recourir à un crédit immobilier.

Annonces immobilières