Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les fabricants de vélo soumis à une cadence infernale
information fournie par Le Figaro27/10/2020 à 16:34

Partout en France, le nombre de vélos sur routes et pistes cyclables ne cesse d'augmenter  (Crédits photo : Unsplash - A. L. )

Partout en France, le nombre de vélos sur routes et pistes cyclables ne cesse d'augmenter (Crédits photo : Unsplash - A. L. )

Le vélo connaît un succès fulgurant depuis quelques mois, auquel les acteurs du secteur commencent à avoir du mal à répondre.

Partout en France, le nombre de vélos sur routes et pistes cyclables ne cesse d'augmenter - un phénomène qui a réellement pris de l'ampleur à partir du déconfinement. Cette tendance devient difficile à soutenir pour les fabricants de vélos et les fournisseurs de pièces détachées.

Après deux mois de calme plat pendant le confinement, le secteur du cyclisme a vu débarquer une horde de Français désireux d'adopter le deux-roues pour éviter les transports en commun, principalement par crainte du virus. Les chiffres de l'association Vélo et territoires le prouvent: du 11 au 31 mai, le nombre de passages à vélo en France a augmenté de 87% par rapport au début de l'année, et de 28% par rapport à 2019.

Les fournisseurs pris d'assaut

Grands distributeurs et vendeurs indépendants ont par conséquent été très sollicités depuis mai. Ils ont réussi à répondre à la demande jusque-là. Jérôme Valentin, président de l'Union Sport & Cycle (USC), explique: «Rien n'a été vendu en mars et avril, on a donc pu rattraper notre retard cet été, marqué par une demande en croissance de 100% par rapport à la norme saisonnière

Mais inévitablement, la tension commence à monter dans la filière, notamment à cause des fournisseurs qui reçoivent de plus en plus de commandes, et qui donc prennent plus de temps à les traiter. «Les commandes passées à partir de septembre vont connaître des délais plus longs» assure Jérôme Valentin. «Quand la livraison de composants prend initialement 3 mois, elle prendra désormais 6 mois, voire 9 mois pour les pièces fabriquées par des gros fournisseurs,» détaille-t-il.

En effet pour le fournisseur de pièces Shimano France, la filiale française de l'entreprise japonaise spécialisée dans la fabrication de pièces et composants de cycles, c'est une situation tout à fait exceptionnelle à laquelle il doit faire face. «Nous sommes sur une croissance du nombre de commandes jusque-là jamais vue, de l'ordre de 30% sur l'Europe, sur le second semestre 2020 comme sur le premier semestre 2021», témoigne Mathieu Arrambourg, directeur général adjoint de Shimano France.

Au sujet de l'augmentation de délais, cela a commencé dès l'été pour certains des clients de Shimano, passant de 3 mois à parfois 12 sur certains produits. «Ceci est vrai pour nous, mais aussi pour les fournisseurs de cadres, de fourches, et nos concurrents», précise Mathieu Arrambourg. Et pour la saison 2021, «nos usines vont confirmer le mois prochain les départs de composants produits au second semestre 2021, ce qui veut dire que nos capacités de production sont pleines pour les 8 prochains mois. Du jamais vu en 100 ans d'existence pour Shimano», poursuit-il.

Des délais allongés et des modèles en rupture de stock

Une réalité qui commence à se faire ressentir chez Decathlon, le grand distributeur sport et loisirs. «Compte tenu de la situation actuelle et de la très forte demande, nous sommes en flux tendu et certains produits peuvent temporairement être en rupture de stock. Il peut y avoir quelques jours d'attente selon les modèles,» assure la marque, précisant que «tous les segments et modèles sont concernés tant au niveau de la demande que d'une temporaire indisponibilité

De son côté, Bouticycle Nice, enseigne de vélos et d'accessoires, perçoit des retards de livraison importants depuis cet été. À titre d'exemple, «début octobre nous n'avons reçu que 4 rétroviseurs de vélos sur 25 commandés au bout d'environ 3 mois, alors que généralement c'est expédié entre 24 et 48 heures,» raconte Fabrice Sobolewski, gérant de la boutique.

Résultat, la plupart des vélos précommandés pour la saison 2021 sont déjà en rupture de stocks chez Bouticycle. Or il est impossible de se projeter sur les dates de livraison de vélos et pièces détachées car «les usines de composants sont saturées, et ce depuis fin août», explique le gérant. Une situation difficile à accepter à l'arrivée des fêtes de Noël: «Je n'ai plus de vélos enfants d'une marque que je commercialise beaucoup, et je n'aurai rien avant février,» assure-t-il.

Et cela même si les fabricants de vélos ont augmenté leurs niveaux de production, ce qui est notamment le cas de Moustache Bikes, fabricant de vélos à assistance électrique (VAE) installé dans les Vosges, qui a ouvert en juillet une troisième ligne de production. «Nos volumes de production sont passés de 200 vélos par jour à 300 pour soutenir la demande,» témoigne Moustache Bikes.

Les réparateurs pris de court

En plus de l'arrivée de nouveaux acteurs sur le marché du vélo et de commandes plus larges, la remise sur roues des bicyclettes est également responsable de cette tension; une pratique aidée par l'opération «coup de pouce» du gouvernement. Lancé en mai, ce forfait de 50 euros pris en charge par l'État pour réparer son vélo «a permis à plus de 700.000 vélos de sortir des garages des Français», abonde le président de l'USC.

Or qui dit réparation, dit pièces détachées. «La plupart des réparateurs de vélos ne s'attendaient pas à une telle demande . Ils ont donc dû augmenter leurs commandes de composants.» Pour cela, ils se tournent directement vers les fournisseurs, qui ont aussi pour clients des fabricants de vélos neufs. Au final, «en commandant plus de pièces détachées, les réparateurs donnent plus de travail aux fournisseurs, qui mettront in fine plus de temps à livrer les fabricants,» analyse Jérôme Valentin.

Plus de travail aux fournisseurs, mais aussi plus de travail pour ces ateliers vélos professionnels. «Nos revendeurs ont dû se renforcer quand ils le pouvaient tout en faisant des heures supplémentaires colossales, et sont encore pour beaucoup à proposer des rendez-vous pour une remise en route ou un entretien en fin d'année si ce n'est début 2021,» raconte Mathieu Arrambourg.

Cette situation inédite ne devrait cependant pas durer longtemps selon les professionnels de la filière. «Le secteur va finir par se normaliser», anticipe Jérôme Valentin, persuadé qu'avec le retour du froid et de la pluie, le vélo verra sa cote diminuer. Par ailleurs, le durcissement des mesures annoncé dans les prochains jours par le gouvernement risquerait de compromettre la croissance fulgurante du secteur.

0 commentaire

Annonces immobilières