Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L’encadrement des loyers revient : un vrai risque pour l’investissement locatif ?
information fournie par Boursorama19/02/2019 à 14:51

Le retour de l'encadrement des loyers va t-il mettre un terme à l'investissement locatif ? ( Crédits: Pexels)

Le retour de l'encadrement des loyers va t-il mettre un terme à l'investissement locatif ? ( Crédits: Pexels)

Mis sur la touche à la faveur d'une décision de justice, l'encadrement des loyers en zones tendues refait parler de lui « à titre expérimental » à la faveur de la loi Elan. Ce retour pourrait nuire aux investissements locatifs selon le dernier sondage de la plateforme LocService.fr

Encadrer les loyers dans les métropoles où le marché immobilier est tendu était l'un des objectifs de la loi Alur en 2014. L'idée était de réguler les augmentations de loyer(s) et de fluidifier les zones tendues (où la demande est supérieure à l'offre et la configuration de marché favorable au propriétaire qui met en location le bien). Très critiqué, ce dispositif avait été mis en place à Paris, puis à Lille, avant d'être annulé par la justice administrative. Toutefois la loi Elan, votée fin 2018, lui redonne un nouveau souffle . La plateforme LocService.fr s'est intéressée à son impact potentiel sur l'investissement locatif au travers de deux sondages réalisés auprès de propriétaires bailleurs.

Des propriétaires intéressés par l'investissement locatif en 2019

«Les chiffres de 2019 montrent que l'investissement immobilier suscite toujours un véritable intérêt chez les particuliers. Près d'un propriétaire sur quatre est ouvert à l'idée d'investir dans l'immobilier locatif cette année», indique LocService.fr. Un résultat que la plateforme juge encourageant afin «d'augmenter l'offre locative pour permettre une baisse des loyers durable et saine». A cet égard, la plateforme estime que la mise en place du dispositif Denormandie va dans le bon sens. S'inspirant de la loi Pinel pour l'ancien, il permet de «défiscaliser en échange d'un engagement à rénover puis à louer des logements anciens». Un dispositif déjà adoubé par les professionnels, notamment la Fnaim . mais qui suppose de bien connaitre la ville dans laquelle on investit.

Lire aussi : Immobilier locatif : dans quelles villes investir avec le dispositif Denormandie

Un encadrement des loyers perçu très négativement

La réintroduction de l'encadrement des loyers par la loi Elan à titre expérimental n'est toutefois pas de nature à rassurer. «En cas de rétablissement de l'encadrement des loyers, près de 60% des propriétaires-bailleurs réagiraient négativement», selon Locservice.fr . «10% pourraient basculer vers la location touristique par souci de rentabilité, rendant ainsi leur bien indisponible à la location classique. 20% annuleraient les investissements prévus et 28% préfèreraient revendre leurs biens en location.» Avec à la clé des conséquences plutôt néfastes pour le marché locatif. «Il est important de maintenir les investisseurs privés dans l'immobilier locatif traditionnel, au risque d'assister à de nouvelles pénuries de biens comme ce que l'on constate à Bordeaux depuis environ deux ans», précise la plateforme. Un phénomène qui n'est pas forcément isolé et touche globalement les métropoles attractives sur le plan de l'emploi. A titre d'exemple, dans son dernier communiqué, SeLoger s'inquiète de la raréfaction des biens disponibles sur le marché nantais et se demande si la capitale des Ducs de Bretagne ne serait pas en passe de devenir le «nouveau Bordeaux». En cause, l'afflux de nouveaux arrivants (près de 8.000 tous les ans) avec un pouvoir d'achat plus élevé que les Nantais et un parc immobilier trop étroit pour faire face à cette hausse de la demande. Ce qui fait grimper les prix et met le marché sous tension.

Lire aussi : Encadrement du niveau des loyers : la loi Elan réintroduit le dispositif

(redaction@boursorama.fr)

14 commentaires

  • 25 février20:17

    lm123457 : j'ai bien peur que ce soit plutôt vous qui ne comprenez rien. Si on fait fuir les propriétaires les prix ne baissent pas, au contraire puisqu'il y a moins d'offre. Dans l'immobilier, on ne construit que s'il y a des acheteurs, s'il y a moins de propriétaires intéressés, il y aura moins d'acheteurs et donc moins d'offre.


Annonces immobilières