Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Gaspillage alimentaire: et si les «happy hours» dans les supermarchés étaient une solution?
information fournie par Le Figaro24/09/2019 à 06:00

Gaspillage alimentaire: et si les «happy hours» dans les supermarchés étaient une solution? (Crédits photo : Unsplash - Jilbert Ebrahimi)

Gaspillage alimentaire: et si les «happy hours» dans les supermarchés étaient une solution? (Crédits photo : Unsplash - Jilbert Ebrahimi)

Pour limiter le gaspillage, une enseigne finlandaise vend à prix cassé ses denrées rapidement périssables pendant les trois dernières heures d'ouverture de ses 900 magasins. Ce type de promotion pourrait-il faire son arrivée en France? Le Figaro a enquêté.

Chaque année en France, le gaspillage alimentaire, depuis la production jusqu'à la vente, équivaut à 150 kilos de nourriture perdue par personne, selon l'Agence de l'Environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). À l'échelle mondiale, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture( FAO) évalue la perte totale à 680 milliards de dollars.

Parmi les dispositifs existants permettant de réduire les pertes, la chaîne de supermarchés finlandaise S-market a mis en place un «happy hour», sur le modèle des tranches horaires dans les bars pendant lesquelles l'alcool est moins cher. Entre 21 heures et minuit, dans les 900 magasins de l'enseigne, les produits périmés le jour même sont vendus jusqu'à -60%. Interrogé par le New-York-Times, Mika Lyytikainen, vice-président du groupe, explique: «Lorsque nous vendons à -60%, nous ne gagnons pas d'argent, mais nous en perdons moins que si nous le donnions à des associations. D'un autre côté, il est maintenant possible pour tous les Finlandais d'acheter à bas prix», se défend-il.

Au Royaume-Uni, la chaîne de fast-food et de restaurants d'inspiration asiatique Itsu, qui débarquera en France en 2020, pratique une offre comparable. Une demi-heure avant la fermeture, les sushis et autres sashimis sont écoulés à moitié prix. La formule fonctionne si bien qu'il faut jouer des coudes pour être sûr d'avoir son repas. Résultat, à l'heure de la fermeture, les rayons sont vides. Selon un porte-parole du groupe contacté par Le Figaro, ce système aurait permis de réduire le gaspillage de 10% dans les restaurants de la marque.

Et en France?

De telles promotions pourraient-elles éclore en France? Le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui présente ce mardi 24 septembre son projet de loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire devant le Sénat, déclare au Figaro soutenir ce type d'initiative. Si son texte ne contient rien de relatif à la gestion des denrées rapidement périssables, la législation déjà existante, elle, n'interdit pas ce genre de pratique, bien au contraire: une exception spécifique du Code de Commerce autorise la vente à perte de ces produits.

Alors pourquoi le système de l'«happy hour» n'est-il pas pratiqué en France s'il permet de vider les rayons avec succès en Finlande et au Royaume-Uni? Parce que «nos clients préfèrent qu'on propose cette solution de manière continue tout au long de la journée», explique-t-on chez Carrefour, qui a déjà testé la solution. «En parallèle, nous faisons des dons alimentaires réguliers aux associations et proposons également des paniers Too Good To Go», l'application qui permet aux magasins de vendre des paniers repas à date de consommation rapide, poursuit le groupe. Même son de cloche chez Aldi. Kim Le Tallec, responsable RSE chez le géant de la distribution allemande, affirme vouloir faire profiter des réductions à tous les clients, «même ceux qui viennent le matin», ajoutant: «nous ne voulons pas attendre le soir pour écouler les stocks, ce serait risquer d'en gaspiller, et ce n'est pas l'objectif.»

Quatre articles bradés sur dix ne trouvent pas preneur

Si le «happy hour» n'est pas pratiqué, les rayons «date courte» ont donc en revanche fleuri dans les grandes surfaces tricolores. À tel point qu'aujourd'hui, plus de 80% des grandes surfaces en seraient équipées. Et pourtant, selon les principaux distributeurs, quatre articles bradés sur dix ne trouveraient pas preneur.

Les associations seraient-elles donc l'ultime rempart contre le gaspillage des aliments rapidement périssables? Pour rappel, depuis 2016 et la promulgation de la loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire (loi Garot), les supermarchés se trouvent dans l'obligation de céder leurs invendus encore consommables aux associations au lieu de les jeter. Mais alors qu'on pourrait s'attendre à ce que les prix cassés entraînent une diminution de la quantité de dons aux associations, il n'en est rien. «Nous collectons les produits le matin, donc ceux qui n'ont pas été vendus le soir partent à la poubelle quoi qu'il arrive», explique Jacques Bailet, président du réseau des Banques alimentaires. «Nous ne sommes pas sur les mêmes échelles. La banque alimentaire collecte des produits en grande quantité, alors que les offres de type «happy hour» visent des paniers individuels», ajoute-t-il. «Ce sont des systèmes complémentaires, qui n'ont pas le même objectif. Notre raison d'être, c'est la lutte contre la précarité alimentaire. Là, on parle de lutte contre le gaspillage», conclut-il.

» LIRE AUSSI - Phénix lutte contre le gaspillage alimentaire 2.0

Jean-Claude Guesdon, secrétaire général des Restos du Cœur, confirme que la collecte d'aliments rapidement périssables le soir ne représente pas la majorité de la «ramasse». «Mathématiquement, ce genre d'offre est susceptible de réduire nos collectes, concède-t-il, mais ce n'est pas notre principal problème». Le secrétaire général rappelle que l'essentiel des ressources de son association provient des dons financiers et du Fonds européen d'aide aux plus démunis. «Nous sommes conscients des enjeux liés à la lutte contre le gaspillage alimentaire, et ne pouvons que soutenir ces initiatives citoyennes», conclut-il toutefois.

0 commentaire

Annonces immobilières