Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

C'est dans le Sud de la France que l'assurance auto est la plus chère
information fournie par Le Figaro18/12/2020 à 10:59

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

Les tarifs font le grand écart selon les départements. Les différences s'expliquent en partie par la concentration de voitures et donc le nombre d'accidents.

Des écarts allant jusqu'à 86%. C'est ce qu'a constaté le comparateur Meilleur Assurance en passant au crible les tarifs des assurances auto dans les départements. Dans une étude, publiée ce vendredi, le comparateur en arrive à la conclusion que rouler dans le pourtour méditerranéen coûte beaucoup plus cher qu'ailleurs. Avec l'Île-de-France, cette région est celle où les tarifs des assurances auto sont les plus élevés.

Un couple de 36 ans avec deux enfants, roulant dans une 3008 neuve, paiera ainsi son assurance auto 443 euros dans les Deux-Sèvres contre 827 euros dans les Bouches-du-Rhône. La moyenne nationale étant de 527 euros.

Pour un jeune conducteur de 21 ans qui conduit une 208, le constat est le même. Il paiera 1963 euros dans les Bouches-du-Rhône contre 1062 euros dans l'Aveyron pour une moyenne nationale de 1307 euros.

Différence de sinistralité

Après les Bouches-du-Rhône, ce sont les deux départements de la Corse, la Seine-Saint-Denis et les Alpes-Maritimes qui occupent les cinq premières places dans le classement des tarifs les plus élevés. À l'autre bout du classement, avec des tarifs sous les 500 euros, la Corrèze, la Creuse, les Côtes-d'Armor et la Vendée rejoignent les Deux-Sèvres au rang des départements les plus économiques, «plus de 15% sous la moyenne nationale», note le comparateur.

Ce grand écart entre les départements du Sud, de l'Ile-de-France et ceux de l'Aveyron, la Creuse ou les Deux-Sèvres, s'explique en partie, selon le comparateur, par la densité de véhicules, plus importante dans les premières régions citées que dans le reste de la France. «On y constate donc davantage de collisions sur un parc automobile plus récent qu'ailleurs sur le territoire, ce qui induit des réparations plus chères à mener», décrypte Fabien Soccio, porte-parole de Meilleure Assurance. Et qui dit plus d'accidents et de réparations chères dit cotisations plus élevées. À l'inverse, dans les territoires plus ruraux, la sinistralité est moins importante et donc les tarifs moins élevés.

Faire jouer la concurrence

Seul moyen de réduire la facture: comparer les tarifs et ne pas hésiter à changer régulièrement d'assurance auto. Les assureurs ont en effet tendance à être plus généreux avec les nouveaux clients qu'avec les plus anciens. «Cela répond à des objectifs commerciaux élevés chez les assureurs qui soignent davantage les prospects avec des promotions parfois très intéressantes : mois offerts, garanties supplémentaires gratuites, etc», explique Fabien Soccio.

Cette pratique a justement été épinglée par l'UFC-Que Choisir. Dans une récente enquête, l'association de défense des consommateurs pointait du doigt certains assureurs qui accordaient des remises allant jusqu'à 200 euros pour leurs nouveaux clients mais rien pour les anciens. «Là où le bât blesse, c'est que ces prix cassés sont financés par les assurés fidèles», avait-elle constaté, dénonçant un «malus de fidélité».

L'UFC-Que Choisir appelle par ailleurs les automobilistes à ne pas hésiter à solliciter des remises auprès de leurs assureurs, notamment en cette période de crise. Les compagnies d'assurance ont en effet, selon elle, réalisé d'importantes économies lors du premier confinement et peuvent en restituer une partie si l'assuré le réclame. Et en cas de refus, l'association exhorte les Français à faire jouer la concurrence, «notamment au profit des assureurs plus vertueux».

0 commentaire

Annonces immobilières