Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le Lutetia, palace emblématique de la capitale
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag22/06/2022 à 09:45
Temps de lecture: 4 min

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. crédit photo : Capture d’écran Instagram @hotellutetia

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. crédit photo : Capture d’écran Instagram @hotellutetia

Le Lutetia est l'unique palace de la rive gauche. Cet édifice de sept étages, surnommé “le Paquebot”, fait partie de l'histoire de Paris. Il porte d'ailleurs l'ancien nom de la capitale, “Lutèce”. Découvrez ce lieu chargé de mémoire, vieux de plus d'un siècle.

L'unique palace de la rive gauche

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. Crédit photo : Adobe Stock

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. Crédit photo : Adobe Stock

Le Lutetia a été inauguré le 28 décembre 1910. Cet immense hôtel Art nouveau de sept étages, construit sur le boulevard Raspail, dans le VIe arrondissement de Paris, a rapidement été surnommé “le Paquebot”. Ce sobriquet est d'autant plus logique que l'hôtel a été baptisé “Lutetia” d'après l'ancien nom de la capitale et que la devise de Paris, “ Fluctuat nec mergitur” , qui fait référence à un bateau, est inscrite dans divers endroits de l'établissement.

Un hôtel de luxe pour les clients du Bon Marché

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. Crédit photo : https://www.hotellutetia.com/fr/gallery

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. Crédit photo : https://www.hotellutetia.com/fr/gallery

L'idée de son édification revient au couple Boucicaut, Marguerite et Aristide, qui ont repris la mercerie Au Bon Marché en 1863. Celle-ci devient rapidement le premier grand magasin, dont s'inspirera Émile Zola vingt ans plus tard pour écrire Au Bonheur des dames .

Marguerite Boucicaut souhaite que ses clients et fournisseurs de province soient logés à proximité du magasin. L'hôtel est bâti selon les plans de deux architectes, Louis-Hippolyte Boileau (à qui l'on doit le Bon Marché) et Henri Tauzin. Il est doté de tout le confort moderne: eau chaude dans chaque chambre, téléphone pour joindre la réception, ventilation et persiennes roulantes... La décoration mêle Art nouveau et Art déco .

Adrien Karbowsky réalise la fresque du bar, Auguste Labouret imagine les vitraux le long des escaliers et René Lalique conçoit les lustres en cristal. Les architectes confient au sculpteur Léon Binet, puis plus tard à Paul Belmondo (père de l'acteur Jean-Paul Belmondo ) le décor de la façade, dans un style typiquement Art nouveau caractérisé par des feuilles de vigne et des grappes de raisin.

Aux clients du Bon Marché, qui n'avaient qu'un square à traverser pour rejoindre l'hôtel, s'ajoutèrent bientôt des parlementaires de l'Assemblée nationale et du Sénat voisins, des fonctionnaires coloniaux et des étrangers fortunés.

Le Lutetia, haut lieu de renouveau artistique pendant l'entre-deux-guerres

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. Crédit photo : https://www.hotellutetia.com/fr/gallery

Découvrez le Lutetia, ce lieu chargé de mémoire. Crédit photo : https://www.hotellutetia.com/fr/gallery

Compte tenu de la proximité de Saint-Germain-des-Prés et de Montparnasse, le Lutetia attire de nombreux artistes et intellectuels dans les années 1930. André Gide s'installe à l'hôtel, James Joyce y poursuit l'écriture d' Ulysse aux côtés d'Ernest Hemingway, Samuel Beckett, André Malraux ou encore Antoine de Saint-Exupéry. Siège du Paris littéraire, l'établissement devient le carrefour créatif de la capitale avec Picasso, Matisse et Joséphine Baker .

Les heures sombres de la Seconde Guerre mondiale

En 1940, les nazis réquisitionnent l'hôtel, comme 400 autres établissements parisiens, et y installent le quartier général du service de renseignement et contre-espionnage. Les employés de l'hôtel, hostiles à cette cohabitation forcée, creusent un tunnel dans le sous-sol pour y cacher les grands crus. À la Libération, le Lutetia devient le centre d'accueil pour les rescapés des camps de concentration, sur ordre du général de Gaulle, dont c'était l'hôtel de prédilection. “C'est vaste et confortable. Le luxe n'y est pas tapageur mais sobre”, explique ce dernier pour justifier son choix.

Propriétaires successifs

En 1995, la famille Taittinger, propriétaire de la maison de Champagne, rachète l'édifice. À la suite d'une mésentente entre héritiers, elle cède l'hôtel 50 ans plus tard à une société d'investissements américaine, Starwood Capital Group. À peine 5 ans plus tard, le groupe israélien Alrov débourse 145 millions d'euros pour acquérir l'hôtel. “On voulait s'étendre en Europe. On a hésité entre le Crillon et le Lutetia et, finalement, on a choisi celui qui nous est apparu comme le plus parisien des deux”, explique Georgi Akirov, qui dirige le groupe en Europe.

4 ans de fermeture et 200 millions d'euros de travaux

En mai 2014, trois mille pièces de mobilier et objets d'art sont vendus aux enchères avant la fermeture de l'hôtel pour travaux. L'ambition du groupe Alrov, qui débourse 200 millions d'euros pour ce lifting, est de “redonner vie à un lieu tout en respectant ses racines, son identité, sa personnalité”. La rénovation est conduite par l'architecte, urbaniste et designer Jean-Michel Wilmotte. Il privilégie la lumière naturelle et la pierre de taille. Des fresques sont mises à jour dans le salon Borghese, ainsi qu'une grande verrière totalement occultée pendant des années. Un spa de 700 mètres carrés et une piscine de 17 mètres bénéficiant de lumière naturelle sont également aménagés.

Le Lutetia rouvre ses portes en juillet 2018 et obtient la classification de palace en octobre 2019. Il compte désormais 184 chambres, dont 47 suites. Parmi elles, huit suites signatures possédant chacune leur propre univers, dont le penthouse Saint-Germain, qui bénéficie d'un toit-terrasse de 70 mètres carrés avec une vue imprenable sur Paris. Pour le décorer, l'hôtel a fait appel à l'un de ses plus fidèles clients, Francis Ford Coppola. On y découvre des objets et œuvres provenant de sa collection personnelle, une caméra ou encore une affiche du Festival de Cannes 1996, année où il présida le jury.

Hôtel Lutetia

45 boulevard Raspail - 75006 PARIS

Chambre à partir de 1.313 euros

Suite à partir de 2.645 euros

A lire aussi:

Venise, Tokyo, Marrakech... Les 5 plus beaux spas du monde

Idée Week-end de luxe à Monaco

Les 5 plus beaux palaces de la capitale