Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

L’art de ne rien faire: Comment adopter le niksen?
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag17/11/2021 à 08:30
Temps de lecture: 3 min

Le «niksen» c’est l’art de ne rien faire crédit photo : Getty images

Le «niksen» c’est l’art de ne rien faire crédit photo : Getty images

Vous avez déjà entendu parler du hygge danois et son atmosphère chaleureuse, du lagom suédois qui prône l’équilibre et la modération, mais connaissez-vous le niksen ? Originaire des Pays-Bas, le niksen prône l’art de ne rien faire sans culpabiliser, « niks » signifiant « rien ». Comment l’adopter ? Quels sont ses bienfaits ?

Ce concept slow-life nous invite à lâcher prise

Nous cherchons sans cesse à optimiser notre temps: déjeuner devant notre ordinateur au bureau, profiter d’un trajet en train pour téléphoner à nos proches, sortir son portable dès qu’on est dans la file d’attente du supermarché. Pas de place pour les temps morts dans notre quotidien, comme si la moindre minute devait être mise à profit.

Nouveau concept venu des Pays-Bas, le niksen consiste à reprendre possession de notre temps pour accorder à notre cerveau un moment de répit, loin de l’effervescence et des sollicitations permanentes. Il nous encourage à nous offrir une vraie pause plutôt que de chercher à combler chaque moment de vide. Dans la lignée du «dolce farniente» italien et du «chill» américain, le niksen redonne à l’oisiveté ses lettres de noblesse.

Niksen: mode d’emploi

Ne rien faire peut paraître facile, pourtant il n’en est rien dans notre société toujours en mouvement où l’inactivité est associée à la paresse ou au laisser-aller. La première difficulté est donc de dépasser ce sentiment de culpabilité. Contrairement à la pleine conscience qui consiste se focaliser sur le moment présent en prenant conscience de son corps ou de sa respiration, le niksen nous invite simplement à lâcher prise, à laisser notre esprit vagabonder et à suivre le flux de nos pensées.

Ecouter de la musique, regarder par la fenêtre… ces moments de détente peuvent être combinés à des activités semi-automatiques comme le tricot ou le coloriage. Il n’existe pas une seule et unique recette du niksen. Chacun peut avoir sa propre méthode, l’essentiel étant de parvenir à mettre son cerveau sur pause sans se fixer aucun objectif, et surtout sans culpabiliser. Pas besoin d’y consacrer des heures, 10 à 15 minutes par jour peuvent suffire. Au lieu de scroller votre fil Instagram ou de prendre un magazine dans la salle d’attente du médecin, choisissez plutôt de ne rien faire. Que ce soit dans votre canapé, votre jardin ou même votre bain, le plus important est d’être au calme pour parvenir à vous relaxer.

Quand ne rien faire nous fait du bien

S’accorder une vraie pause procure de nombreux bienfaits, sur l’esprit mais aussi sur la santé. Des études ont montré que la pratique régulière du niksen avait un effet bénéfique sur l’anxiété et le stress, et qu’elle contribuait à ralentir le processus de vieillissement et à renforcer notre système immunitaire.

Pratiquer le niksen permettrait également de doper notre créativité. Avez-vous déjà remarqué que nos meilleures idées nous viennent souvent sous la douche, lors d’une promenade en forêt, ou le soir dans notre lit juste avant de nous endormir? Ne rien faire est le meilleur moyen de mettre de l’ordre dans nos pensées. En n’étant pas constamment sollicité, notre cerveau est plus à même de nous aider à voir les choses sous un autre angle et de dénouer des situations de blocage en trouvant des solutions que nous n’aurions pas vues si nous y avions consacré toute notre attention. Le cerveau au repos fait le tri parmi toutes les informations récentes, construit la mémoire et fait émerger de nouvelles pistes ou idées. Ne rien faire nous fait du bien, c’est la science qui le dit!

A lire aussi:

Les bienfaits de l’eau sur notre peau

Le yoga à la conquête de la planète

5 conseils pour aborder la rentrée sereinement