Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

F1 : une saison 2021 déjà haletante
Le Particulier pour BoursoraMag18/07/2020 à 19:30
Temps de lecture: 2 min

F1 : une saison 2021 déjà haletante (Crédits photo : Shutterstock)

F1 : une saison 2021 déjà haletante (Crédits photo : Shutterstock)

Le premier grand prix de l'année s'est déroulé en Autriche ce week-end. Huit clos, masque, protocole sanitaire ultra-rigoureux vont faire de cette saison une année hors norme. Surtout, le retard dû à la crise sanitaire de 2020 a permis de nombreuses tractations sur le marché des transferts pour l'année prochaine. Alors, quel pilote dans quel paddock en 2021 ?

Du mouvement chez Ferrari

Nouvelle écurie, année sabbatique ou retraite pour Sebastian Vettel ? Son contrat chez Ferrari prend fin cette saison et n'a pas été renouvelé, 6 ans après son arrivée. Le pilote allemand trouvera peut être un baquet chez Mercedes, puisque Lewis Hamilton et Valtteri Bottas arrivent au terme de leur contrat. Mais un départ du britannique semble impensable. Pour prendre la place de Vettel, Ferrari a officialisé l'arrivée de Carlos Sainz pour former un duo de pilote avec Charles Leclerc.

F1 : les outsiders se placent

Avec ce jeu de chaises musicales, la place de Sainz laissée vacante chez McLaren revient à Daniel Ricciardo de Renault. Il deviendra le coéquipier de Lando Norris. Max Verstappen, auteur d'une très belle saison 2019 avec 3 victoires (Autriche, Allemagne, Brésil) a prolongé son contrat chez Red Bull Racing.

Après deux ans d'absence, la place libre chez Renault pourrait revenir à un ancien habitué des lieux, Fernando Alonso. La rumeur enfle, l'espagnol ayant toujours souhaité revenir en F1 et Renault étant une écurie chère à ses yeux.

La F1 roule à l'économie

Avec la pandémie et de nouvelles régulations financières, le monde de la F1 a du revoir ses budgets à la baisse. Il faut dire qu'ils ont atteint des sommets ces dernières années, influençant plus que jamais les grilles de départ. Les top teams dépensent près de 500 millions d'euros sur une saison, deux fois plus que les écuries de milieu de classement. Une sorte de Fair Play financier sera mis en place la saison prochaine.

Plus d'équité chez les pilotes ?

L'avenir de Romain Grosjean chez Haas est plus qu'incertain, son contrat se terminant à la fin de la saison. Le Français, en tant que Président de l'association des pilotes de Grand Prix de Formule 1 souhaite la mise en place d'un salarycap. Dans le viseur, les écarts de salaires entre pilotes. Lewis Hamilton, 6 fois champion du monde gagne 40 millions d'euros par an, devant Vettel, 35 millions, et Ricciardo, 20 millions. Romain Grosjean touche lui 2 millions d'euros, alors que le plus petit salaire est celui de Giovinazzi, 500 000 euros (2019).

Les Risques en Bourse

Fermer