Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

École en forêt: de quel bois je m’éduque
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag20/09/2021 à 08:30
Temps de lecture: 3 min

Les écoles en forêt gagnent en popularité en France crédit photo : Shutterstock

Les écoles en forêt gagnent en popularité en France crédit photo : Shutterstock

Favorisées par le respect des gestes barrières, les écoles en forêt gagnent en popularité en France. Pourtant, depuis plus d’un siècle, de nombreux pays organisent déjà des cours en pleine nature pour les jeunes. Cette méthode d’apprentissage alternative serait bénéfique pour la construction de l’enfant.

L’école à la forêt s’invite en France

Si quelque 12,4 millions d’enfants ont déjà retrouvé depuis plusieurs semaines le chemin de l’école, pour certains cela s’apparente davantage à un sentier. Car depuis 2018, des écoles en forêt poussent un peu partout en France. L’établissement Autour du feu est l’une des premières Forest Schools créée dans le pays. Et si, sous l’impulsion du ministère de l’Éducation nationale, en 2020, quelques cours ont été donnés à l’extérieur à cause de la pandémie, les structures proposant ce type d’enseignement sont rares. Into the Woods, Champs libre, La Clef des champs… sont quelques exemples que l’on peut trouver ici et là sur le territoire. À Bazougers, en Mayenne, Les Pieds dans l’herbe permettent aux enfants de profiter de la vie au grand air à travers des activités en lien avec le potager, d’apprendre les mathématiques en dénombrant puis partageant les framboises ou encore en observant la nature avoisinante. Ces écoles s‘appuient souvent sur un modèle pédagogique alternatif qui reprend les grands principes de la méthode Montessori. L’enfant apprend donc à son rythme.

Entre 1.000 et 2.000 structures en Allemagne

Le concept serait né à la fin des années 1920 aux États-Unis, dans le Wisconsin, au sein de l’école américaine de Laona. L’objectif était de faire cours à l’air libre. Cette initiative s’est par la suite développée dans les pays du nord de l’Europe notamment en Allemagne qui compte aujourd’hui entre 1.000 et 2.000 structures de garderies en forêt. Au Danemark, plus de 700 maternelles proposent un apprentissage dans un écrin de verdure et le Royaume-Uni et le Canada s’y sont mis depuis longtemps.

Les partisans de ce mode d‘instruction mettent en avant les qualités multiples que ce type d’enseignement peut avoir sur le développement de l’enfant. Les «Forest Schools» favoriseraient les fonctions motrices des écoliers, leur permettant de mieux appréhender leur corps et leur énergie. Le système immunitaire des jeunes enfants en sortirait renforcé et ces derniers seraient moins susceptibles de développer des formes d’obésité infantile. L’entraide et le rapport à autrui, développé à travers des séries de jeux et d’exercices en groupe, favoriseraient une construction positive de l’autre. Ces jeunes seraient donc plus créatifs, plus confiants, plus curieux avec une personnalité plus affirmée.

Les bénéfices de l’apprentissage à la nature

L’organisation de la journée varie selon les structures, même si la plupart du temps, les enfants passent une partie des cours dans les bois, l’autre en salle de classe. Le temps passé dans les bois peut être d’un à plusieurs jours par semaine, plusieurs fois par mois dans l’année. L’idée n’est d’ailleurs pas uniquement de développer l’apprentissage en forêt. Les fermes, les plages ou encore les parcs sont autant de lieux où les cinq sens sont mis à profit pour apprendre. L’environnement est plus qu’un simple cadre. Il sert d’appui à l’apprentissage et fait partie intégrante du programme pédagogique. Les méthodes d’apprentissage sont d’ailleurs plus ludiques comparées aux méthodes traditionnelles appliquées en classe pour favoriser la prise de risque chez les jeunes.

Ecole flottante, salle de classe géante, école 2.0… ces établissements insolites autour du monde

Les expérimentations pédagogiques à travers le monde sont nombreuses. Et si la salle de classe domine encore, certains jeunes ont cours dans des structures atypiques. À Lagos, au Nigeria, l’école sur pilotis Makoko existe depuis plus de 7 ans. Posée sur un ensemble de 250 barils vides en plastique bleu, elle a été conçue pour faire face aux fréquents problèmes d’inondation auxquels sont confrontés les habitants de Makoko et sensibiliser davantage les jeunes sur la question du changement climatique. À Copenhague, le Ørestad Gymnasium est une salle de classe géante où plus de 1.000 élèves du secondaire passent la moitié de leur temps scolaire à apprendre dans un cube de verre. L’objectif est d’encourager la collaboration entre les jeunes au sein de ce grand espace ouvert. L’AltSchool située à San Francisco dans la Silicon Valley concentre quant à elle son apprentissage sur la manipulation d’objets informatiques et sur la modélisation 3D. Ces établissements innovants visent à offrir une autre voie que l’enseignement classique.

A lire aussi:

Les méthodes pour apprendre à lire à nos enfants

Ecole à la maison: comment ça marche?