Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Réformes : "On ne veut pas augmenter les impôts des Français", assure Gabriel Attal
information fournie par Boursorama avec Media Services05/07/2022 à 14:34

Le ministre délégué chargé des Comptes publics, Gabriel Attal. ( AFP / LUDOVIC MARIN )

Le ministre délégué chargé des Comptes publics, Gabriel Attal. ( AFP / LUDOVIC MARIN )

"Avec (le ministre de l'Economie) Bruno Le Maire, on est prêts à des compromis avec les oppositions qui veulent faire des compromis et qui veulent aboutir à des textes qui répondent aux priorités des Français pour l'intérêt général", a expliqué le ministre délégué chargé des Comptes publics, Gabriel Attal, sur RTL ce mardi 5 juillet.

Lundi 4 juillet, le nouveau gouvernement a été dévoilé, il sera chargé de mettre en œuvre ses réformes sans majorité absolue à l'Assemblée nationale et face à une opposition remontée.

Les deux premiers textes qui seront examinés seront le projet de loi sanitaire, à partir du 11 juillet, suivi du projet de loi sur le pouvoir d'achat dès le 18 juillet. Le 25 juin, Emmanuel Macron avait indiqué que le projet présidentiel, tout comme celui de la majorité présidentielle, pourrait "être amendé ou enrichi", à condition toutefois que les modifications n'entraînent pas une hausse des impôts ou de la dette.

Ce qu'a confirmé le ministre délégué chargé des Comptes publics, Gabriel Attal, sur RTL ce mardi. "On va avoir un débat au parlement et on va l'avoir de manière très ouverte. Avec (le ministre de l'Economie) Bruno Le Maire, on est prêts à des compromis avec les oppositions qui veulent faire des compromis et qui veulent aboutir à des textes qui répondent aux priorités des Français pour l'intérêt général", a-t-il expliqué.

Puis de préciser : "On a fixé un cadre : il faut que ce soit des mesures utiles pour les Français et leur pouvoir d'achat, évidemment. On a une trajectoire de réduction des déficits et c'est essentiel de la poursuivre car la dette qu'on accumule c'est potentiellement des impôts pour les Français demain, après-demain. Et on ne veut pas augmenter les impôts des Français", a-t-il insisté.

"On aura une discussion très ouverte, on regardera proposition par proposition, on analysera, on regardera le financement proposé par les oppositions", a résumé Gabriel Attal.

28 commentaires

  • 05 juillet16:28

    Traduction : les impôts vont augmenter.