Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Législatives : il faut "que le Premier ministre ou la Première ministre soit politique", glisse François Bayrou
information fournie par Boursorama avec Media Services22/06/2022 à 10:33

François Bayrou a renvoyé à Emmanuel Macron la responsabilité de changer de Premier ministre. Il a toutefois critiqué, sans la nommer, le profil technique d'Élisabeth Borne.

François Bayrou à Paris, le 21 juin 2022. ( AFP / LUDOVIC MARIN )

François Bayrou à Paris, le 21 juin 2022. ( AFP / LUDOVIC MARIN )

Il est le principal allié d'Emmanuel Macron, depuis de nombreuses années. Mais mercredi 22 juin, le président du MoDem, François Bayrou, a rechigné à soutenir clairement la Première ministre en poste, Élisabeth Borne.

"C'est la question qui est à poser au président de la République, c'est lui qui forme le gouvernement", a tranché le maire de Pau sur France Inter , en réponse à une question sur le maintien d'Élisabeth Borne à Matignon.

"Je pense que les temps exigent que le Premier ministre ou la Première ministre soit politique , qu'on n'ait pas le sentiment que ce soit la technique qui gouverne le pays, mais au contraire les sentiments profonds qui s'expriment dans le peuple", a également expliqué François Bayrou. Polytechnicienne, passée par plusieurs cabinets dont Matignon sous Lionel Jospin, et des grandes entreprises (SNCF, RATP...), préfète de région, Élisabeth Borne est précédée d'une réputation "d'exigence" et "d'efficacité". Un profil très technique qui avait été souligné au moment de nomination, il y a un mois.

"Changer la manière de gouverner"

"À chaque élection, la rupture est plus grave qu'à l'élection précédente, l'abstention est plus grave qu'à l'élection précédente, a encore déploré le président du MoDem. Moi je n'ai jamais voulu continuer comme ça, je plaide pour qu'au contraire, on change la manière de gouverner , et qu'on ait enfin ce qui permettrait une démocratie vivante, un président fort, c'est la Ve République, un Parlement, fort c'est fait depuis cette semaine -ça va être un Parlement agité, mais il va être fort- et un gouvernement fort (...), avec un Premier ministre qui fasse son boulot, ou une Première ministre qui fasse son boulot de cheffe du gouvernement."

Lui-même pourrait-il être nommé ? "Le président de la République en décidera, je ne suis pas une femme, comme ça ne vous a pas échappé", a-t-il botté en touche.

6 commentaires

  • 22 juin12:08

    Que ce soit n'importe qui cela fait surtout des décennies que nous devons etre champions du monde de la parlotte, et nos médias sont remplis de commentateurs qui ne font que cela, qui ne vivent que de cela, commenter les commentateurs. Et en général moins le job est productif, plus il paye.