Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A Donges, "l'arrêt conjoncturel" de la raffinerie Total inquiète ses salariés
Reuters30/11/2020 à 20:03

A DONGES, "L'ARRÊT CONJONCTUREL" DE LA RAFFINERIE TOTAL INQUIÈTE SES SALARIÉS

A DONGES, "L'ARRÊT CONJONCTUREL" DE LA RAFFINERIE TOTAL INQUIÈTE SES SALARIÉS

par Guillaume Frouin

DONGES, Loire-Atlantique (Reuters) - Touchée par le ralentissement de la consommation de carburant, la raffinerie Total de Donges, en Loire-Atlantique, va stopper sa production ce mardi 1er décembre après-midi "dans l'attente de meilleures conditions économiques", une perspective qui inquiète les syndicats.

La CGT et la CFDT redoutent que cet arrêt "conjoncturel" se transforme en arrêt définitif, comme cela avait été le cas pour la raffinerie des Flandres, à Dunkerque (Nord), en 2010.

Ce lundi matin, 90% des salariés qui prenaient leur service ont répondu à l'appel à la grève reconductible lancé par les deux syndicats en amont de la réunion extraordinaire du Comité social et économique (CSE) de la raffinerie, a dit à Reuters Fabien Privé Saint-Lanne (CGT).

"On va vider nos stocks tout en continuant à alimenter les consommateurs, ce qui veut dire que Total est en train de créer les conditions préalables à l'importation de produits étrangers", pense le délégué syndical.

"Nos sous-traitants et intérimaires vont être la première variable d'ajustement. Ce n'est pas le même contexte qu'à Dunkerque, mais chat échaudé craint l'eau froide", ajoute-t-il.

Total, de son côté, justifie l'arrêt "pour les mois à venir" de la raffinerie de Donges par la "très forte dégradation des marges de raffinage" liée à la pandémie du Covid-19.

Cet arrêt "n'entraînera aucun chômage partiel", insiste-t-on au sein du groupe, puisque les salariés "poursuivront la surveillance des unités" et "réaliseront des travaux d'inspection et de maintenance".

Une nouvelle réunion extraordinaire du CSE doit se tenir le 10 décembre.

L'"arrêt conjoncturel", poursuit la direction, ne remet pas non plus en cause le projet de modernisation de la raffinerie, un investissement de 450 millions d'euros.

(Édité par Henri-Pierre André)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frenchto
    30 novembre20:24

    ha, ils ne sont en grève ???????????

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer