Succès du Brexit : les premières réactions des grands investisseurs

le
5
Selon Philippe Ithurbide et Didier Borowski chez Amundi, le choc de confiance devrait peser lourdement sur la croissance britannique. (© CC-D. Chapma)
Selon Philippe Ithurbide et Didier Borowski chez Amundi, le choc de confiance devrait peser lourdement sur la croissance britannique. (© CC-D. Chapma)

Le vote des britanniques en faveur de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne se traduit par une chute de 9% du CAC 40.

Les plus fortes baisses de l’indice sont enregistrées par les valeurs financières, réservées à la baisse à l’ouverture de la séance, avant de coter en repli de 15%.

Un choc majeur

C’est un choc majeur pour les marchés financiers. Le rendement du bon du Trésor américain cote 1,45% se rapprochant du plus bas historique de juillet 2012 à 1,38%. Le future sur le SP 500 perd 90 points, perdant près de 5%. Le Nikkei a clôturé ce matin avec un recul de 8%.

Le rendement du bund allemand affiche un nouveau record de faiblesse à -0,17%, tout comme l’OAT dix ans à 0,25%. Le pétrole perd plus de 5% à moins de 48 dollars le baril WTI et l’euro perd 3% à 1,10 dollar. Seul l’or s’apprécie, gagnant 7% à 1.340 dollars l’once.

Selon Philippe Ithurbide et Didier Borowski chez Amundi, le choc de confiance devrait peser lourdement sur la croissance britannique mais il ne devrait pas mettre en péril  la reprise économique en zone euro, d’abord tirée par la demande intérieure.

En revanche, le thème de «l’Europe à la carte» – contraire aux principes fondateurs de l’Union européenne – risque d’exacerber les forces centrifuges liées à la crise et de peser sur la confiance des investisseurs étrangers.

Recul des perspectives de

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • TL1958 il y a 8 mois

    GR207: les britanniques ont choisi de partir; ils avaient mis qu'un pied; prenons acte de la décision; et appliquons le droit internationnal pour eux et rien que le droit international. En cas de demande de retour appliquons les traités et règlement européen et tous les textes! on est dans l'Europe ou dehors, pas à moitié

  • TL1958 il y a 8 mois

    les britanniques ont choisi de partir, parfait! que Bruxelles prend acte de leur décision et s'attaque maintenant à considérer ceux-ci comme tout état non intégré à l'Europe: instauration des droits de douane comparable aux autres pays; fin des accords liant les britanniques à l'Europe; en cas de demande de retour étude de la demande comme pour toute demande d'adhésion et fin des dérogations: adoption de l'euro, respect de tous les traités. en cas de refus rejet de la demande.....

  • GR207 il y a 8 mois

    TL1958, sans prétention, je me permets de livrer à votre sagacité cet article qui devrait mieux que moi vous permettre de voir sous un angle moins manichéen le brexit...http://www.objectifeco.com/economie/politiques-economiques/europe/brexit-maintenant-que-le-peuple-britannique-a-vote-divorcons-intelligemment.html

  • TL1958 il y a 8 mois

    les britanniques ont choisi de partir, parfait! que Bruxelles prend acte de leur décision et s'attaque maintenant à considérer ceux-ci comme tout état non intégré à l'Europe: instauration des droits de douane comparable aux autres pays; fin des accords liant les britanniques à l'Europe; en cas de demande de retour étude de la demande comme pour toute demande d'adhésion et fin des dérogations: adoption de l'euro, respect de tous les traités. en cas de refus rejet de la demande.....

  • TL1958 il y a 8 mois

    Enfin une bonne nouvelle!il est temps de faire une Europe forte allant dans le même sens, même sans les britanniques qui n'ont jamais vraiment fait partie de l'Europe: toujours tourné vers les USA. Qu'ils rejoignent donc l'Alena!pendant des décennies à coup de menaces de quitter l'Europe ils ont obtenu des dérogations aux traités, Bruxelles a eu raison de ne pas tout céder cette fois! ils sont partis bon vents; Nous prenons acte de leur décision.