1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'intérêt et les limites d'un contrat de mariage
Dernière mise à jour le : 24/10/2018

Africa Studio/Shutterstock / Africa Studio

Par défaut, les époux relèvent du régime légal de la communauté réduite aux acquêts. Pour des raisons familiales ou patrimoniales, ils peuvent préférer établir un contrat de mariage devant un notaire. Pour autant, leur liberté n'est pas totale.

Pourquoi établir un contrat de mariage

Le régime de la communauté réduite aux acquêts n'est pas adapté à toutes les situations professionnelles et familiales. Par exemple, un régime séparatiste peut se justifier lorsque vous ou votre conjoint exercez une profession commerciale indépendante ou envisagez de le faire. Ainsi, les créanciers ne peuvent pas se rembourser sur l'argent du conjoint en cas de faillite.

Choisir un régime communautaire permet également de protéger le conjoint survivant. Au décès de l'un des époux et sous certaines conditions, le conjoint survivant peut toucher l'ensemble du patrimoine du ménage et conserver son cadre et niveau de vie. Vous pouvez également aménager un régime communautaire pour attribuer un bien spécifique au conjoint survivant.

Il est possible qu'aucun des régimes matrimoniaux prévus par la loi ne convienne parfaitement à votre situation. Toutefois, vous pouvez aménager chacun d'entre eux conformément à vos volontés et à vos besoins grâce à des clauses spécifiques. Votre notaire peut établir une étude approfondie de votre situation et vous aider à choisir la meilleure solution.

A savoir

Les époux peuvent faire évoluer leur régime matrimonial après deux ans de mariage. Le changement peut porter sur la nature du contrat ou sur certaines clauses. Les modifications nécessitent le recours à un notaire.

Les régimes séparatistes et les régimes communautaires

Le régime matrimonial est constitué des règles organisant les relations patrimoniales des époux. Il en existe de deux sortes:

  • Les régimes «séparatistes» (il n'y a pas de patrimoine commun aux époux): la séparation de bien, la séparation de biens avec participation aux acquêts.
  • Les régimes «communautaires» (les biens des époux sont réunis dans un patrimoine commun): la communauté universelle et la communauté réduite aux acquêts.

Les limites du contrat de mariage

Certaines règles générales s'imposent aux époux et sont prévues par la loi. Etablir un contrat de mariage ne permet pas de s'y soustraire. Il s'agit du régime dit «primaire». Ces règles sont les suivantes:

  • Les époux se doivent mutuellement fidélité, assistance et secours.
  • Les époux contribuent ensemble aux charges du mariage en proportion de leurs facultés respectives (vacances, loisirs, paiement du loyer et des charges...).
  • Les époux contribuent ensemble aux dépenses ayant pour objet l'entretien du ménage (loyer...) et l'éducation des enfants (frais de scolarité, dépenses médicales...).

A savoir

Les époux sont solidaires du paiement de l'Impôt sur le Revenu, de la taxe d'habitation et de l'Impôt sur le Fortune Immobilière.

Il n'existe pas de bon ou de mauvais régime matrimonial, mais des régimes plus ou moins adaptés à la situation personnelle et patrimoniale des époux. Il est important de prendre contact avec votre notaire afin de choisir le régime le plus adapté.

Calculez le montant votre salaire net

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer