Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Voici les villes qui comptent le plus de passoires thermiques
information fournie par Boursorama avec Newsgene08/12/2022 à 17:06

A Paris, on compte 40 % de logements classés F ou G. (DUOTONE / Pixabay)

A Paris, on compte 40 % de logements classés F ou G. (DUOTONE / Pixabay)

La répartition des passoires thermiques est inégale sur le territoire selon le baromètre de la Fnaim et la chambre des diagnostiqueurs immobiliers. On en trouve moins dans la partie sud du pays qu'en région parisienne. Dix villes de la petite couronne parisienne sont dans les profondeurs du classement, dont Paris.

Les passoires thermiques ne sont pas réparties équitablement sur le territoire. C'est la conclusion du baromètre trimestriel établi par la Fnaim et la chambre des diagnostiqueurs immobiliers au moyen des diagnostics de performance énergétique (ou DPE) communiqués tous les trois mois par l'Ademe (l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), rapporte BFMTV .

Marseille, Montpellier et Toulouse bien classées

Dans le Sud, les passoires thermiques sont peu nombreuses. Dans le Var, les Bouches-du-Rhône ou encore l’Hérault, on comptabilise moins de 10 % de logements classés F ou G quand on en compte 33,9 % dans les Alpes-de-Haute-Provence, 32,1 % en Corrèze ou encore 41,5 % en Lozère. Mais la cartographie des inégalités est plus précise quand on observe les 100 plus grandes communes du pays.

Ainsi, quand on s'attarde sur les plus grandes villes, certaines ont une faible part de logements F ou G. C'est le cas de Marseille (7,6 %), Montpellier (7,7 %) et Toulouse (9,4 %). Mais quand on quitte la partie sud du pays, le constat n'est plus le même. Les dix villes les plus mal classées se trouvent dans la petite couronne parisienne. A Paris, on compte 40 % de logements classés F ou G, 50,3 % à Nanterre (Hauts-de-Seine) et 56,4 % à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Les logements neufs rehaussent le niveau

Toutefois, il faut nuancer ces chiffres alarmants pour la région parisienne. La ville où l'on trouve le moins de logements classés F ou G est Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) à égalité avec Cergy (Val-d'Oise) avec seulement 3,10 % de passoires thermiques. Pantin (Seine-Saint-Denis) et Créteil (Val-de-Marne) se classent également très bien avec respectivement 3,70 % et 4,40 % de logements classés F ou G.

Comment expliquer ces chiffres ? « On constate clairement l’impact de la période de construction : plus une ville compte de logements neufs ou récents, plus les DPE sont bien classés, et à l’inverse, les villes constituées d’un parc vieillissant ont majoritairement des DPE les plus énergivores » , pointe la FNAIM.

2 commentaires

  • 08 décembre19:33

    Sans vouloir être trop critique, quelle est l'utilité de cet inventaire?


Annonces immobilières