Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Une taxe carbone aux frontières frapperait le porte-monnaie des Français
information fournie par Le Figaro24/05/2019 à 11:22

Plébiscité par les candidats à l’élection européenne de dimanche, ce prélèvement pourrait avoir des répercussions sur les consommateurs.

Le projet de taxe carbone aux frontières fait l’unanimité, ou presque, parmi les candidats à l’élection européenne. LAREM, Les Républicains, la France insoumise, le Rassemblement national, Nicolas Dupont-Aignan et Europe Ecologie-Les Verts ont mis cette mesure au programme. En restant sur les grands principes et sans entrer dans les détails. Ils auraient peut-être dû. En effet, l’idée de taxe carbone aux frontières ne serait pas neutre pour les consommateurs français, ressort-il d’une étude menée par deux économistes, présentée lors d’une journée d’étude universitaire en avril dernier à Science Po et que Le Figaro s’est procurée.

Une taxe carbone aux frontières fixée à 25 euros la tonne de CO2 (soit le prix de la tonne de carbone sur le marché européen) coûterait en moyenne 47 euros par an aux 10% les Français les moins riches, et 95 euros par an pour les 10% les plus riches (car ils consomment davantage), selon Ruben Haalebos (Beyond Ratings) et Paul Malliet (OFCE). Si elle était intégralement répercutée sur les prix, précisent les auteurs.

L’impact serait naturellement différent pour les ménages Français en fonction de ce qu’ils consomment. La taxe coûterait jusqu’à 130 euros à ceux qui achètent le plus de produits importés contenant du CO2. Toutefois, précisent les auteurs, ces Français seraient moins prisonniers de cette taxe aux frontières qu’ils ne le sont de la taxe carbone classique, qui renchérit les prix des carburants en France. En effet, ils peuvent plus facilement se passer des produits fabriqués en Chine ou ailleurs que se passer de faire le plein de leur voiture. Par conséquent, une taxe carbone aux frontières pèserait moins de 1% du niveau de vie pour ces ménages les plus exposés, qui adapteraient leur consommation.

857 millions d’euros de recettes fiscales

Au final, la taxe ne rapporterait pas énormément. «Au prix de 25 euros la tonne de CO2, une taxe carbone aux frontières de l’UE générerait 857 millions d’euros» de recettes sur les émissions importées de la France, écrivent les deux économistes. Les importations chinoises seraient les plus impactées par le dispositif, devant celles en provenance de Russie, des États-Unis, puis des pays d’Asie-Pacifique et les producteurs de pétrole. Sans surprise, les produits les plus touchés seraient ceux issus de la métallurgie et du raffinage qui généreraient respectivement 75% et 21% des recettes. «Les émissions importées représentent plus de 40 % de l’empreinte carbone totale de la France», rappellent les auteurs.

0 commentaire

Annonces immobilières