Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Starbucks menacé de boycott après l'affaire du café interdit aux femmes à Riyad

Le Figaro08/02/2016 à 18:30

La révélation de l'existence d'un café Starbucks interdit aux femmes en Arabie Saoudite a suscité l'indignation sur les réseaux sociaux et plusieurs appels au boycott, notamment en France.

L'affaire du Starbucks interdit aux femmes en Arabie saoudite passe mal. À Riyad, un café de la chaîne multinationale américaine ne permet pas aux femmes d'entrer à cause de l'absence d'un «mur de ségrégation» dans l'établissement. L'information révélée par des médias arabophones, dont le site Emirates 24/7, a enflammé les réseaux sociaux ce week-end. Une internaute saoudienne a diffusé l'image de la devanture du café mis en cause, suscitant l'ire de diverses associations et plusieurs appels au boycott, notamment en France.

Sur le site wesign.it, la pétition «N'entrons plus chez Starbucks Coffee» a, en quelques heures, rempli à 84% son objectif de 5000 signataires. Quelque 4200 personnes l'avaient signée lundi en fin de journée. «La multinationale américaine Starbucks est prête à tout pour ‘conquérir de nouveaux marchés'. En Arabie Saoudite, elle n'hésite pas à interdire l'entrée de l'une de ses succursales... aux femmes! Nous citoyennes et citoyens indignés, appelons les consommatrices et les consommateurs de Starbucks Coffee à boycotter l'ensemble des cafés de l'enseigne tant qu'ils ne seront pas revenus sur leur décision!», font valoir les initiateurs de la pétition. L'association féministe Les Effrontées a également diffusé un appel au boycott sur Twitter, pour dire «non à l'apartheid». Le hashtag #boycottstarbucks était par ailleurs très fortement relayé sur le réseau social en France ce lundi.

Le boycott, arme des consommateurs

Le boycott séduit de plus en plus de consommateurs en France. Deux entrepreneurs viennent ainsi de créer I-boycott.org, un projet de plateforme collaborative qui se propose d'organiser des boycotts de la façon la plus massive possible, en orchestrant une campagne virale sur les réseaux sociaux. L'entreprise interpellée dispose d'un droit de réponse et peut faire des propositions aux boycottants. Le projet, présenté sur la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank a récolté plus de 11.000 euros alors qu'il n'en espérait que 8000. Plus de 500 donateurs ont soutenu l'idée. Le site sera officiellement lancé le 4 juin prochain.

«Traditionnellement associée à la satisfaction d'un désir, la consommation se dote aujourd'hui de nouvelles missions», commentent les experts de l'Observatoire Cetelem. «Elle peut ainsi devenir une manière de défendre l'emploi local ou national. Ou encore d'exprimer une solidarité, une citoyenneté ou un point de vue sur le monde à travers le soutien d'un projet éthique, social ou écologique. Elle peut aussi, en influençant le choix ou le rejet de certaines marques, se mettre au service d'une contestation.» Selon eux, le projet I-boycott confirme «l'émergence de nouveaux rapports entre les marques et leurs consommateurs» et plus encore, conforte les consommateurs «dans l'idée qu'ils détiennent bien, désormais, un véritable pouvoir».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.