Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Quels placements financiers pour la retraite ?
information fournie par Café de la Bourse23/05/2022 à 08:59

Quels placements pour financer sa retraite ? ( Crédits: Pixabay)

Quels placements pour financer sa retraite ? ( Crédits: Pixabay)

Le financement de la retraite reste une préoccupation majeure des Français. Ainsi, on comprend l'engouement des Français pour les placements qui permettent de bénéficier d'un complément de revenus à la retraite, voire même d'une enveloppe conséquente pour ses vieux jours. Découvrez dans cet article 4 placements à envisager pour préparer sa retraite.

PER

Le PER ou Plan Épargne Retraite est un placement spécifiquement destiné à financer sa retraite. Il s'agit d'un produit d'épargne retraite qui vise à remplacer tous les produits déjà existants (PERP, Madelin, Corem, etc.). Il est composé de supports d'investissement variés et le plus souvent comprend un fonds euros et des supports en unités de compte (UC) qui permettent d'investir sur les marchés financiers. La sortie peut se faire en rente ou en capital.

Son principal avantage vient du fait que les versements peuvent être déduits de l'impôt sur le revenu. Les impôts seront toutefois dus sur les revenus à la sortie de l'enveloppe. Mais ce mécanisme permet ainsi aux particuliers qui anticipent une forte baisse de leurs revenus à la retraite de faire baisser leur imposition pendant la vie active et de régler leur facture à l'administration fiscale à la retraite quand leur tranche marginale d'imposition sera moins élevée. Il est possible aussi de ne pas déduire ses versements volontaires sur PER de son revenu (notamment si nous n'êtes pas imposable). Vous bénéficierez alors d'un avantage fiscal à la sortie.

Un inconvénient majeur est à déplorer : les fonds placés sur un PER ne peuvent être récupérés qu'à la retraite, même si quelques situations particulières permettent une sortie anticipée.

Lire aussi: Epargne retraite : faut-il privilégier la sortie en rente ou en capital ?

Assurance-vie

Le contrat d'assurance-vie est l'un des placements préférés des Français. Il est là aussi composé de deux poches : un fonds euros garanti en capital et relativement peu performant (1,1 % en moyenne en 2021) et des supports en unités de compte variés mais aussi variables en fonction du contrat, qui permettent d'investir sur les marchés actions via des titres vifs, fonds classiques et ETF, mais aussi sur le marché immobilier via des SCI, OPCI et SCPI, ou encore sur le marché des matières premières via des ETF par exemple. Comme pour le PER, la répartition entre fonds euros et UC dépendra de votre profil d'investisseur et notamment votre profil de risque. Il sera judicieux de privilégier les UC plus risquées et potentiellement plus rémunératrices au début de la vie active puis de basculer progressivement les plus-values vers le fonds euros pour les sécuriser au fur et à mesure que la retraite approche. Notez que de nombreux acteurs en ligne proposent une gestion pilotée pour ne pas avoir à réaliser vous-même tous les arbitrages.

L'intérêt de l'assurance-vie, c'est aussi sa fiscalité avantageuse. Ainsi, au-delà de 8 ans de détention du contrat, les plus-values sont imposées à 24,7 % (7,5 % de prélèvement forfaitaire libératoire + 17,2 % de prélèvements sociaux) contre la flat tax à 30 % pour les contrats ouverts depuis moins de 8 ans. Toutefois, cet avantage fiscal s'applique seulement si les encours n'excèdent pas 150 000 euros par personne et 300 000 euros pour un couple (tous contrats confondus). De plus, quel que soit le montant détenu sur vos contrats, au-delà de 8 ans de détention, un abattement s'applique tous les ans de 4 600€ pour une personne seule et de 9 200 euros pour un couple.

Mais ce n'est pas le seul avantage fiscal de l'assurance-vie ! En effet, cette dernière permet aussi de préparer efficacement sa succession, un paramètre à prendre en compte lorsque l'on est à la retraite. Ainsi, pour les contrats d'assurance-vie souscrit avant 70 ans, le bénéficiaire désigné perçoit les fonds du contrat sans droits de succession jusqu'à 152 500 €, avec une taxation forfaitaire de 20 % au-delà, puis de 31,25 % au-dessus de 700 000 €. Pour les contrats d'assurance-vie souscrit après 70 ans, le bénéficiaire désigné perçoit les fonds du contrat sans droits de succession jusqu'à 30 500 €. Au-delà, la taxation s'applique en fonction du barème des droits de succession. Les intérêts et les plus-values des versements après 70 ans sont entièrement exonérés.

PEA

Le PEA est quant à lui un moyen très efficace d'investir sur les marchés actions et de profiter de la performance de cette classe d'actifs sur le (très) long terme. Le PEA permet notamment d'investir dans des titres vifs, ETF et fonds classiques, avec cependant de très fortes restrictions géographiques en matière de titres. Ainsi, sont acceptés dans le plan d'épargne en actions seulement les actions de sociétés cotées dont le siège social est situé dans l'espace économique européen ou ayant signé avec la France une convention fiscale. Il est toutefois possible de contourner cette disposition et d'investir sur des marchés étrangers via certains fonds et notamment des ETF. Notez aussi que le PEA comporte un plafond de dépôt de 150 000 euros.

Il sera plus judicieux d'être investi massivement sur les marchés actions au début de sa vie active puis de sécuriser progressivement ses plus-values en revendant ses titres au fur et à mesure que la retraite approche, en rapatriant les fonds de votre PEA vers un placement en capital garanti comme le fonds euros de l'assurance-vie par exemple, qui vous permettra de toucher une (faible) rémunération, contrairement au compte-espèces du PEA sur lequel arrive l'argent issu des ventes du compte-titres du PEA.

Le principal avantage du PEA est l'exonération totale d'impôt sur les plus-values en cas de retrait au-delà de 5 ans de détention du plan. Vous devrez tout de même vous acquittez de 17,2 % de prélèvements sociaux sur les gains réalisés.

SCPI

Enfin, vous pouvez aussi opter pour l'investissement en SCPI dans une optique de préparation de la retraite. Ce placement permet d'investir sur le marché immobilier, dans une optique de diversification de votre patrimoine financier, avec un ticket d'entrée relativement peu élevé, inférieur à 10 000 euros.

Il offre un revenu complémentaire potentiel avec le versement éventuel d'un dividende mensuel ou trimestriel selon la SCPI. En effet, les détenteurs de parts se voient reverser à intervalles réguliers une fraction des revenus liés à la location du parc immobilier de la SCPI. Il s'agit bien sûr d'un placement non garanti en capital et les dividendes en cas de difficulté pourraient ne pas être versés mais l'historique est assez flatteur. Ainsi, en 2021, le rendement moyen des SCPI de rendement était de 4,45 % (et même aux alentours de 5 % si l'on prend en compte les revalorisations du prix des parts).

0 commentaire

Annonces immobilières