Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Livret A : que pensent vraiment les Français de ce placement incontournable ?
information fournie par Moneyvox21/07/2022 à 09:00

(Crédits photo: © HJBC - stock.adobe.com)

(Crédits photo: © HJBC - stock.adobe.com)

Alors que le taux du Livret A va doubler au mois d'août 2022, pour atteindre 2 %, quel est le ressenti des Français sur ce contrat fétiche ? Les réponses grâce au sondage mené par YouGov pour MoneyVox.

Dès le premier août 2022, le taux du Livret A va passer de 1 % net à 2 % net. Une belle évolution, qui reste néanmoins insuffisante pour couvrir le niveau d'inflation actuel, enregistré à 5,8 % sur un an au mois de juin par l'Insee. Dans ce contexte, MoneyVox avec l'institut YouGov ont invité les ménages français à exprimer leur avis sur ce placement chouchou des épargnants. Sont-ils satisfaits ? Quelles sont les pistes d'amélioration proposées ? Les résultats de cette enquête effectuée en juin 2022.

Le taux du Livret A jugé insuffisant à 80 %

Depuis le 1er février 2022, le taux du Livret A est passé de 0,50 % net à 1 % net. Un rendement qui va à nouveau doubler lors de sa prochaine révision semestrielle, passant alors à 2 % au 1er août. Pourtant, cette augmentation reste très insuffisante pour compenser le niveau d'inflation actuellement enregistré : +5,8 % sur un an au mois de juin sur la base de l'Indice des prix à la consommation de l'Insee.

Au final, en plaçant leur argent sur un Livret A rémunéré à 2 %, les épargnants perdent en pouvoir d'achat la différence entre ce taux d'intérêt et l'inflation, soit un rendement réel de… -3,8 % ! Sur un an, 100 euros investis dans un Livret A ne représentent plus que 96,2 euros de pouvoir d'achat en réalité. Dans le sondage mené par YouGov pour le compte du site d'information financière MoneyVox , 80 % des Français se sont ainsi prononcés en faveur d'une augmentation du taux du Livret A au niveau de la hausse des prix actuelle.

Le concept même du Livret A n'est pas remis en cause

Le Livret A existe depuis plus de deux siècles, et son utilisation est ancrée dans les mœurs. Rien d'étonnant ainsi à ce que les Français s'opposent à sa suppression, à hauteur de 73 % des personnes interrogées. De même, fusionner le Livret A avec le LDDS, son homologue avec un plafond plus faible (12 000 euros au lieu de 22 950 euros) ne fait pas partie des priorités des épargnants.

Mis à part son taux d'intérêt, ce contrat dispose de sérieux atouts, à commencer par sa sécurité et sa liquidité. Les fonds peuvent ainsi être retirés à tout moment, et le Livret A s'avère un allié précieux pour se constituer une épargne de précaution. Autre avantage du Livret A, et de la plupart des livrets réglementés : son taux d'intérêt est net d'impôt et de contributions sociales. Une absence de fiscalité qui a bonne presse.

Lire aussi: Epargne : quel va être l'impact de la hausse des taux d'intérêt du Livret A et du LEP ?

Le plafond du Livret A doit-il être augmenté ?

Auparavant de 15 300 euros, le plafond du Livret A a été augmenté par le président François Hollande lors de son mandat débuté en 2012. Depuis, la somme maximale qu'il est possible d'y déposer est de 22 950 euros. Initialement, ce plafond devait encore augmenter pour atteindre 30 600 euros, mais la Cour des comptes avait émis un avis négatif sur ce sujet, et le plafond est donc resté à ce niveau-là.

Selon Cyril Blesson, économiste, "Il y a une sorte d'image d'Epinal du Livret A, produit d'épargne des petites gens. Pourtant, son encours est très concentré et massivement détenu par les plus riches. C'est une forme de niche fiscale". Ainsi, seuls 7 % des Livrets A dépassaient le plafond actuel de 22 950 euros à la fin de l'année 2020. Une faible proportion concentrée sur les foyers les plus aisés. Pourtant, 58 % des personnes interrogées lors de l'enquête de MoneyVox et YouGov se prononcent en faveur de l'augmentation de ce plafond. Une mesure qui n'est toutefois pas à l'ordre du jour.

2 commentaires

  • 23 juillet16:13

    Le passé à 7,8%, logique !


Annonces immobilières