Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Les meilleurs placements pour préparer votre retraite... dès 25 ans
information fournie par BoursoBank 29/05/2024 à 12:00

Préparer sa retraite le plus tôt possible (Crédits photo : Adobe Stock -  )

Préparer sa retraite le plus tôt possible (Crédits photo : Adobe Stock - )

Quand on entre sur le marché du travail, la retraite semble bien lointaine. Pourtant, les jeunes actifs sont bien conscients de l'incertitude qui entoure le système actuel des retraites par répartition et sont de plus en plus nombreux à anticiper leur retraite dès que possible. Une stratégie gagnante pour se constituer en douceur un patrimoine et des compléments de revenus.

Pourquoi préparer sa retraite dès 25 ans ?

L'avenir du système de retraite actuel par répartition est l'objet de nombreuses inquiétudes du fait du vieillissement de la population et provoque régulièrement des crispations politiques.

Les Français quant à eux sont de plus en plus nombreux à préférer anticiper et préparer leur retraite de leur côté :

  • 65% des Français estiment que leurs pensions sont ou seront insuffisantes pour vivre correctement (1) et 48% des actifs déclarent épargner pour leur retraite «régulièrement» ou «de temps en temps» (2).
  • Cette stratégie n'est pas l'apanage des plus âgés puisque 37% des 18-24 ans et 46% des 25-34 ans sont concernés contre 42% des 35-49 ans et 57% des 50-64 ans.

Les jeunes actifs semblent avoir bien compris que commencer à définir une stratégie d'épargne pour la retraite dès son entrée sur le marché du travail permet de bénéficier d'un maximum de temps pour se constituer progressivement un patrimoine, même avec des revenus modestes.

Bon à savoir // Investir : et si vous vous lanciez dans l'immobilier locatif ?

Ces 4 choses que vous devez savoir pour souscrire votre premier prêt immobilier

Ces avantages du crédit immobilier BoursoBank

Les premières étapes à franchir

Avant de définir une stratégie patrimoniale pour préparer sa retraite, un état des lieux s'impose afin de prendre des engagements qui seront tenables sur le long terme.

  • Première chose à faire : établir votre budget. Listez vos dépenses fixes et variables (loyer, factures d'eau, de gaz, de téléphone, nourriture, etc.) et ajoutez-y une légère marge pour anticiper les variations de prix.

Pensez aussi à conserver un budget loisirs (sport, vacances, sorties, etc.) car il est aussi important de se faire plaisir.

En déduisant l'ensemble de cette somme de vos revenus, vous aurez une vue claire de ce qu'il vous reste et que l'on appelle la «capacité d'épargne».

  • Deuxième chose à faire : avant de penser à votre future retraite, la priorité immédiate est de vous constituer une épargne de précaution, un «matelas», dans lequel piocher pour faire face aux situations imprévues (voiture en panne, séparation, perte d'emploi, etc.).

On recommande souvent de mettre de côté l'équivalent de trois à six mois de salaire pour avoir une vraie tranquillité d'esprit.

Le plus courant est de placer cet argent sur un livret règlementé type Livret A, rémunéré et surtout qui laisse l'argent disponible à n'importe quel moment.

Bon à savoir : la somme à atteindre vous semble astronomique ? N'oubliez pas que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Même si votre capacité n'est que de quelques dizaines d'euros, le plus important est d'épargner régulièrement, par exemple en optant pour un prélèvement automatique.

Par ailleurs en cas de rentrée d'argent supplémentaire, prime, cadeau de Noël, etc. prenez le reflexe de toujours mettre de côté une partie de la somme.

En début d'année et/ou à chaque changement professionnel (nouvel emploi, augmentation de salaire, etc.) faites un point pour réévaluer votre budget et la partie que vous pouvez allouer à votre épargne.

Les principaux leviers à connaitre

Une fois votre situation financière stabilisée par la constitution d'une épargne de précaution suffisante, vous pouvez commencer à organiser votre épargne en prévision de la retraite.

Les options de placement sont nombreuses et dépendent aussi bien de votre niveau de revenus que de votre appétence au risque.

Il existe néanmoins certains leviers d'épargne connus et reconnus pour leur efficacité comme l'assurance-vie et le PER.

  • L'assurance-vie : classée régulièrement «placement préféré des Français», l'assurance-vie est un placement à moyen ou long terme dont l'attractivité repose en partie sur sa fiscalité.

En effet, vous bénéficierez d'une imposition réduite sur les intérêts et plus-values au-delà de huit ans, variable en fonction de la durée de placement des capitaux, de leur date de versement (avant ou après 2017) et du montant des versements (inférieurs ou supérieurs à 150.000 euros).

Par ailleurs, contrairement à une idée reçue, les sommes versées sur votre assurance-vie ne sont pas bloquées. En revanche, les intérêts générés seront plus fortement taxés si vous retirez de l'argent avant que votre contrat n'ait huit ans.

En cas de coup dur, vous pourrez donc revoir vos plans et piocher à tout moment dans l'épargne constituée.

Par ailleurs, vous bénéficiez d'un abattement annuel de 4.600 euros sur vos gains lors des rachats pour les sommes placées depuis huit ans ou plus. Les couples soumis à imposition commune peuvent bénéficier d'un abattement de 9.200 euros.

  • Le PER : comme son nom l'indique, le Plan d'épargne retraite (PER), est spécifiquement conçu pour se constituer un complément de revenu en prévision de la retraite.

Ce complément vous sera versé sous forme de capital (unique ou fractionné) ou de rente viagère selon votre choix. Il est attractif d'un point de vue fiscal puisque les versements sont déductibles du revenu imposable.

Le PER est toutefois moins souple que l'assurance vie puisque les sommes épargnées sont bloquées jusqu'au départ en retraite. Vous devez donc vous assurer de ne pas avoir besoin des sommes placées avant l'heure.

Quelques cas de déblocages anticipés sont cependant prévus :

- Acquisition de la résidence principale,

- Expiration des droits aux allocations chômage,

- Situation de surendettement validée par la commission de surendettement.

- Décès de l'époux ou du partenaire de pacs.

- Situation d'invalidité touchant l'épargnant, son époux(se), son partenaire de PACS ou ses enfants.

Bon à savoir : Il existe trois types de PER : le PER individuel, qui succède au Perp et au contrat Madelin, le PER d'entreprise collectif, qui succède au Perco, et le PER d'entreprise obligatoire qui succède au contrat article 83. Les PER d'entreprise peuvent faire l'objet d'un abondement de votre employeur si un accord le prévoit. Vous pouvez de plus transférer l'épargne des anciens plans déjà ouverts sur votre nouveau PER.

L'immobilier, pierre angulaire de votre stratégie patrimoniale

L'immobilier est ce que l'on appelle une «valeur refuge» et les Français y sont très attachés : 48% d'entre eux estiment d'ailleurs que pour maintenir son niveau de vie à la retraite, être propriétaire de sa résidence principale est la première solution à privilégier (1).

Sachant qu'un crédit immobilier peut être étalé sur 20 voire 25 ans, il peut en effet être judicieux d'acheter sa résidence principale dès que possible.

Une fois le prêt immobilier soldé, souvent à l'approche de la retraite, cela représente un allègement bienvenu et conséquent des charges fixes dans votre budget mensuel tout en vous permettant de sécuriser votre situation.

Si votre situation financière le permet, il peut aussi être pertinent d'investir dans de l'immobilier locatif : avec un montage financier bien pensé, le loyer généré vient couvrir tout ou partie du remboursement du crédit immobilier et des charges inhérentes au bien.

Une fois le prêt soldé, les loyers représentent une source de revenus régulière pour maintenir votre niveau de vie à la retraite.

Savoir s'il faut commencer par acheter sa résidence principale ou investir dans de l'immobilier locatif en premier relève d'une stratégie propre à chacun en fonction de ses objectifs et de ses moyens financiers.

Par exemple, s'il ne vous est pas possible d'acheter une résidence principale dans la zone où vous souhaitez vivre, vous pouvez dans un premier temps rester locataire tout en investissant dans un bien immobilier locatif de plus petite surface et dans une zone moins tendue pour un prix plus accessible.

Vous vous constituez ainsi un capital de manière presque indolore au fur et à mesure que les loyers perçus remboursent le crédit immobilier.

Suivant l'évolution de votre situation au fil des années, vous pourrez soit conserver le bien pour un complément de retraite futur, soit le revendre et vous servir du capital généré comme d'un apport pour acheter la résidence principale de vos rêves.


(1) «Les Français, l'épargne et la retraite», AG2R La Mondiale, Amphitéa, Cercle de l'épargne, 2023.

(2) «Les Français face au changement», Baromètre Assurances de BPCE L'Observatoire, Mars 2024.

DECOUVREZ LES PRODUITS BOURSOBANK

Vous avez un projet immobilier ?

Le crédit immobilier proposé par BoursoBank, c’est :
Ouvert à tous, CDI, CDD, professions libérales… * Une réponse de principe immédiate * Pas d’indemnité de remboursement anticipé * 100% en ligne *

détails et conditions. L'emprunteur dispose d'un délai de réflexion de 10 jours et la vente est subordonnée à l'obtention du prêt. Si celui-ci n'est pas obtenu, le vendeur remboursera les sommes versées.

Stéphanne Coignard
Stéphanne Coignard

Stéphanne Coignard

Boursorama

Rédactrice Web

https://www.boursobank.com

6 commentaires

  • 11 juin 09:37

    Sauf riches bien sûr mais le PEA est le meilleur moyen de se faire du fric.
    Tu capitalises et tu prends tes dividendes que tu sors et qui sont taxés au minimum légal possible.


Signaler le commentaire

Fermer