Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Français moins frileux du crédit conso...

Boursorama18/04/2018 à 17:43

Les crédits à la consommation retrouvent la faveur des ménages pour certaines dépenses (Crédits : Pexels)

Le crédit à la consommation a été dans le creux de la vague après 2008. Il retrouve des couleurs depuis peu, du fait de l'amélioration de la conjoncture économique et du moral des ménages.

Le début de l'année confirme la bonne santé de l'activité des crédits à la consommation. Selon les statistiques du mois de février de l'Association Française des Sociétés Financières ( ASF), l'activité des établissements spécialisés a cru de 6 % par rapport à l'an dernier. Depuis trois ans, le marché progresse régulièrement, sans toutefois renouer avec les volumes d'activité d'avant la crise de 2007. Ainsi en 2017, la production de crédits à la consommation s'est élevée à près de 40,9 milliards d'euros (contre 44,6 milliards d'euros en 2007).

  Le prêt personnel profite de la bonne santé du marché automobile

Selon l'ASF, l'intense activité législative qu'a connu le secteur, avec près de onze lois en une dizaine d'années, a considérablement modifié la structure du marché du crédit à la consommation, notamment du fait des lois Lagarde et Hamon. Par exemple, le crédit renouvelable a vu sa part de marché baisser de 41 à 25% entre 2009 et 2017. Critiqué pour sa complexité (la réserve d'argent mise à disposition se reconstitue au fur et à mesure des remboursements de l'emprunteur) qui peut mettre en danger le consommateur, l'usage de ce type de crédit semble désormais circonscrit à la gestion du budget ou des petits achats de faible montant. Le prêt personnel en revanche renoue avec la croissance, notamment le financement de voitures neuves par location avec option d'achat (LOA). La bonne santé du marché automobile en 2017 a contribué aux bons résultats du secteur. Près de trois véhicules sur quatre sont financés à crédit et la part de LOA dans ces financements est passée de 42% en 2013 à 73% en 2017.

  On emprunte pour améliorer son cadre de vie

L'un des acteurs du crédit à la consommation, Cofidis, s'est intéressé au profil des emprunteurs au travers d'une enquête « portrait-robot des emprunteurs », réalisée par CSA Research. « Les usages du crédit à la consommation ont évolué ces dernières années. Les emprunteurs ont aujourd'hui recours au crédit pour financer des projets de consommation durable et améliorer leur cadre de vie », précise l'étude. L'achat d'une automobile ou d'une moto arrive en tête (43 % des personnes interrogées), puis payer les travaux d'amélioration dans leur logement, cité par 23 % des répondants. Enfin acheter des biens d'équipement de la maison (18 % des réponses).

 Souscrire un crédit relève d'un choix réfléchi

Concernant la souscription du crédit à la consommation, l'étude montre que le domaine n'échappe pas à la digitalisation. Si près de 33% des répondants privilégient le circuit traditionnel de souscription auprès d'une banque, 30% d'entre eux ont souscrit en ligne. Plus de la moitié des emprunteurs s'est livrée au préalable à une comparaison des offres entre les différents organismes avant de souscrire. Cofidis relève également que le montant moyen d'un emprunt est de 8.585 euros et que sa durée de souscription est de 40 mois en moyenne. Ce sont les 65 ans et plus qui empruntent les montants les plus importants avec une moyenne de 9.321 euros. Souscrire un crédit relève d'un choix réfléchi : « près de neuf emprunteurs sur dix remboursent leurs mensualités sans difficulté », indique l'étude. Elle insiste d'ailleurs sur l'importance de cet indicateur qui souligne que la majorité des emprunteurs « sont des personnes responsables qui vérifient leurs capacités de remboursement avant de souscrire un crédit ».

A. L. (redaction@boursorama.fr)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.