Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Encadrement des loyers: ce que Buzyn et Dati veulent en faire
information fournie par Le Figaro25/02/2020 à 06:00

Encadrement des loyers: ce que Buzyn et Dati veulent en faire (Crédits photo : Adobe Stock -  )

Encadrement des loyers: ce que Buzyn et Dati veulent en faire (Crédits photo : Adobe Stock - )

Les deux principales opposantes à Anne Hidalgo pour l'élection municipale à Paris ne sont pas de grandes défenseuses du dispositif.

Réintroduit en juillet dernier par la mairie de Paris, l'encadrement des loyers sera-t-il enterré si Anne Hidalgo n'est pas réélue? Agnès Buzyn, candidate LREM qui a remplacé au pied levé Benjamin Griveaux, n'y est pas complètement favorable. Mais, en même temps, elle ne lui ferme pas complètement la porte. « Le risque, c'est que les logements ne soient plus mis à la location par manque de rentabilité , explique l'ancienne ministre de la Santé dans le Journal du dimanche.

En cela, Agnès Buzyn semble s'inscrire dans la droite lignée du président de la République qui n'a jamais été un ardent défenseur de ce dispositif. Sans réclamer sa suppression, le candidat Macron estimait que l'encadrement des loyers avait beaucoup d'effets pervers comme la fuite des investisseurs ou une baisse des efforts de rénovation des bailleurs.

Fin 2018, le gouvernement l'a réintroduit, dans la loi, à titre expérimental, pour une durée de cinq ans. Toutes les villes qui le souhaitent peuvent en faire la demande auprès du ministère chargé du Logement. La mairie de Paris, qui l'avait déjà mis en place entre 2015 et 2017, a sauté sur l'occasion pour se mettre sur les rangs. C'est ainsi que, depuis le 1er juillet dernier, la capitale a été la première ville en France à encadrer les loyers. Lille va suivre dans les prochains jours, dès début mars.

Pour justifier la mise en place du dispositif, la mairie de Paris évoque une hausse de 50% des loyers sur la dernière décennie. L'absence de plafonnement en 2018 aurait causé des hausses plus fortes que celles permises actuellement, confirme l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap) dans une étude publiée en janvier dernier. Mais ce même Olap a également reconnu, fin 2018, que l'encadrement des loyers limitait l'offre locative.

Quant à l'autre principale rivale d'Anne Hidalgo, Rachida Dati, sa position est plus tranchée sur l'encadrement des loyers. Pour l'actuelle mairie du 7e arrondissement, cette mesure est « contraignante ». «(On s'attaque à) une conséquence d'un marché très tendu, peu fluide. Ce n'est pas ce qu'il faut pour Paris », a déclaré la candidate LR sur BFM TV. « Si le locataire est indélicat, on demande son expulsion et je serai aux côtés du propriétaire pour demander le concours de la force publique , explique Rachida Dati. Si le locataire a un accident de la vie, je vois avec le propriétaire pour échelonner les loyers. Ainsi, le propriétaire n'a pas peur de mettre son bien sur le marché. Je le mets en place dans le 7e, je veux le généraliser à tout Paris ». À voir si cette mesure pourrait réconcilier les propriétaires et les locataires.

0 commentaire

Annonces immobilières