Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Découvrez le pays où l’immobilier a le plus grimpé en 10 ans
information fournie par Le Figaro31/08/2021 à 06:00

(Crédits photo : Rawpixel -  )

(Crédits photo : Rawpixel - )

La France figure dans le Top 10 de ce palmarès examinant tous les pays de l'OCDE. Et c'est aussi l'un des pays où les salaires ont peu progressé.

La hausse frénétique des prix de l'immobilier est un phénomène mondial, il faut bien le constater. En effet, malgré le doublement des tarifs moyens observés à travers la France (+100,5% très précisément), six autres pays de l'OCDE ont connu des hausses plus importantes au cours des dix années écoulées. C'est ce que l'on apprend au travers d'une étude réalisée par le courtier en crédit britannique Money.co.uk. Le «champion» toute catégorie est sans conteste Israël où les tarifs ont explosé de 345,7% en 10 ans. En dehors des États-Unis (en 4e position avec + 153,3%), les 4 autres pays qui ont connu une augmentation supérieure à la France sont situés en Europe: la Suisse en 2e position avec 165,5% talonnée par l'Allemagne (162%). Viennent ensuite la Hongrie (137,8%) et la Slovaquie (111,8%).

L'étude met en regard l'évolution des prix de la pierre avec la progression des salaires. On constate ainsi que l'énorme hausse des prix en Israël est légèrement compensée par une hausse des salaires (+ 17,5%) plus importantes que dans la plupart des pays les plus avancés de ce classement. À l'inverse, la Suisse n'a pu compter que sur une hausse de 2,4% des salaires. La France fait à peine mieux avec une progression de 2,8% sur 10 ans. Et que dire alors du Portugal où la pierre a grimpé de 86,5% en 10 ans alors que les salaires reculaient sur la même période: -1,3%?

Inflation et taux d'intérêt

De son côté, l'inflation a joué un rôle assez marginal dans ce classement car elle est partout comprise entre 0 et 2% à quelques rares exceptions (le Mexique à 3,91%, la Hongrie à 2,56% ou encore l'Estonie à 2,08%). Si l'immobilier prend une part croissante dans le budget (et dans le patrimoine) des ménages, ce sont évidemment les taux d'emprunt immobiliers bas qui ont permis de telles envolées des prix en 10 ans.

0 commentaire

Annonces immobilières