1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance vie et fonds en euros : les mesures des assureurs pour s'adapter aux taux d'intérêts durablement bas
Mingzi22/01/2020 à 08:41

Assurance vie et fonds en euros : les mesures des assureurs pour s'adapter aux taux d'intérêts durablement bas (Crédit photo: Fotolia)

Prises en tenaille entre des taux d'intérêt négatifs, leur solvabilité et leur rentabilité, les compagnies d'assurance vie ne cachent plus leur volonté de freiner la collecte sur leurs fonds en euros et prennent pour cela différentes mesures qui impactent les épargnants.

Placement très prisé des Français, le fonds en euros représente environ 70% de la collecte sur les contrats d'assurance vie et 80% de l'encours, soit environ 1 300 milliards d'euros. Mais le modèle économique du fonds en euros qui garantit le capital et la disponibilité de l'épargne à tout moment, le tout avec un rendement de 1,80% en moyenne en 2018, est mis à mal par le contexte durable de taux bas.

Prises en tenaille entre des taux d'intérêt négatifs, les contraintes règlementaires sur leur solvabilité, la rentabilité de leur modèle économique et les messages d'alerte répétés de l'ACPR (l'autorité de contrôle), les compagnies d'assurance vie ne cachent plus leur volonté de freiner la collecte sur leurs fonds en euros et d'orienter les épargnants vers les unités de compte. Elles ont mis au point pour cela différentes stratégies. 

Baisse significative du rendement des fonds en euros

Certaines compagnies ont décidé de baisser très significativement le rendement de leurs fonds en euros par rapport à 2018. D'ailleurs, la rémunération moyenne pour 2019 est attendue autour de 1,40% selon les experts, contre 1,80% en 2018.

Chez certains assureurs, le message envoyé est clair, à l'image de Swiss Life qui a annoncé un taux de 1% en 2019 (qui peut être portée jusqu'à 2.50% en fonction de la part investie en unités de compte), ou encore de Generali avec une rémunération pour son Actif Général Generali Vie (AGGV), comprise entre 1% à 1,50% selon la part investie en unités de compte. Côté banques, La Société Générale distribuera un taux moyen 2019 de 1.35%, mais certains clients recevront un taux de rendement inférieur à 1% (0.90% à 1.38% selon l'encours sur les contrats).

Un accès au fonds en euros conditionné à une part du versement en unités de compte 

Depuis plusieurs années, les compagnies incitent leurs clients à investir en unités de compte en proposant une bonification de la rémunération de leur fonds en euros en fonction de la part investie en unités de compte.

Dorénavant, certaines d'entre elles vont un cran plus loin en conditionnant l'accès à leur fonds en euros à une part d'unités de compte. Par exemple, l'Afer demande un minimum de 30% d'unités de compte pour les nouveaux investissements de plus de 100 000 euros. Chez AG2R La Mondiale, il faudra investir au minimum 35% en unités de compte pour accéder au fonds en euros et 45% si le versement est supérieur à 250 000 euros.

Fin de la garantie totale du capital

Les compagnies prélèvent des frais de gestion annuels sur l'épargne investie en fonds en euros, qui peuvent varier 0,2% à 1% de l'épargne investie. Ils sont peu visibles car ils sont déjà déduits de la rémunération communiquée à l'épargnant. Traditionnellement, les compagnies garantissaient le capital brut des frais de gestion. Mais de plus en plus de contrats prévoient dorénavant de ne garantir que le capital net des frais de gestion. Dans ce cas, dès lors que la performance brute (avant déduction des frais de gestion) du fonds en euros ne permet pas de couvrir les frais de gestion, la performance nette du fonds en euros devient négative et l'épargnant voit son capital diminuer.

D'autres assureurs vont même plus loin et proposent une garantie partielle du capital. C'est le cas par exemple d'Apicil, qui propose un fonds en euros qui ne garantit que 96% du capital net de frais. En contrepartie l'assureur se donne pour objectif de réaliser une performance supérieure à elle des fonds en euros traditionnels. 

« Près de 60 % des contrats ouverts à la souscription ne proposent plus une garantie totale sur les fonds en euros, mais partielle », indique Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du site Good Value for Money dans Le Figaro.

Augmentation des frais sur versement

Afin de dissuader ses clients de verser sur le fonds en euros, le Crédit agricole a par exemple augmenté les frais sur versement pour l'épargne investie en fonds en euros. Depuis juillet, les souscripteurs se voient facturer les frais maximum, c'est-à-dire au moins 2% sur les contrats en euros. Une mesure qui devrait faire réfléchir les épargnants puisque le rendement 2018 du fonds en euros du contrat Predissime 9 était de 1,25% ...
 

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 66gol
    25 janvier17:54

    Le crédit mutuel selon son slogan vient de parler à ses clients, désormais les frais sur versement seront de 5%..Bravo la banque mutualiste !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer