Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Actions ou immobilier : quel est le placement le plus performant à long terme ?
information fournie par Mingzi19/10/2021 à 09:00

la crise sanitaire a eu des effets différenciés sur les acteurs économiques, ce qui s'illustre à travers des performances très hétérogènes selon les placements.(Crédit photo: 123RF)

la crise sanitaire a eu des effets différenciés sur les acteurs économiques, ce qui s'illustre à travers des performances très hétérogènes selon les placements.(Crédit photo: 123RF)

Tous les ans, l'IEIF (institut de l'épargne immobilière et foncière) compare les performances des placements sur longue période. Dans cette édition 2021, la prise en compte de l'année 2020 entraine une forte évolution des classements de performances selon les périodes retenues.

Tous les ans, l'IEIF (institut de l'épargne immobilière et foncière) compare les performances des placements sur longue période, afin de mettre l'immobilier en perspective avec son écosystème. Dans cette édition 2021, la prise en compte de l'année 2020 entraine une forte évolution des classements de performances selon les périodes retenues : la crise sanitaire a eu des effets différenciés sur les acteurs économiques, ce qui s'illustre à travers des performances très hétérogènes selon les placements.

Le comportement d'épargne des Français

Empêchés de consommer pendant la crise sanitaire, le taux d'épargne des Français a fortement augmenté en 2020, se portant à 21,3 % contre 14,5 % en moyenne entre 1992 et 2019. Cette épargne s'est orientée majoritairement vers les dépôts à vue et les livrets. Ce comportement d'épargne se constate partout en Europe : Allemagne 25 %, Pays-Bas 24 %, Italie 17 %, Zone euro 19 %.

Une évolution du classement des performances 

En 2020, de nombreux marchés actions ont enregistré de très belles performances. Le marché de l'immobilier physique a fait apparaitre encore plus nettement la dichotomie entre l'immobilier de Bureaux et les Commerces qui ont pâti de la crise et l'immobilier Logistique et Résidentiel qui ont suscité beaucoup d'intérêt de la part des investisseurs. L'immobilier coté est resté quant à lui très en retrait.

Sur 5 ans (2015-2020) : l'immobilier direct est la classe d'actifs la plus performante. L'Industriel (logistique et locaux d'activité) présente le TRI 5 ans le plus élevé, avec plus de 17 %, suivi des Bureaux avec un TRI de 9,5 %. Les Bureaux et le Logement devancent les Actions en termes de performances, avec des volatilités bien moindres.

Sur 10 ans : l'immobilier direct est encore à la première place. Le TRI 10 ans de l'Industriel atteint 9,7 %, suivi des Commerces et des Bureaux, avec 8,1 % et de l'immobilier indirect avec 5,7 % pour les SCPI et 4,1 % pour les OPCI. On observe un changement de tendance car en 2019, les Foncières (4,6 % en 2020) et les Actions (7,9 % en 2020) devançaient les autres actifs. 

Sur 15 ans : les Commerces tiennent la tête du classement. La période correspond à l'âge d'or de cet actif.

Sur 20 ans : l'immobilier, sous toutes ses formes, se place devant les autres placements. Les Commerces dominent le classement (TRI 20 ans de plus de 18 %), suivis par les Bureaux (11,6 %), la Logistique (10,5 %), les Logements (Paris 10,1 % et France 10,6 %), les SCPI (9,0 %) et les Foncières (11,4 %).  Sur cette période, les Actions sont plus en retrait, avec un TRI de 3,2 %, en raison des crises successives (éclatement de la bulle internet, crise financière, crise de l'Euro).

Sur 30 ans : les Actions retrouvent la tête de classement, au même niveau que le Logement, avec un TRI de 9,0 %.  Le Logement France présente une performance équivalente à celles des actifs côtés, mais avec moitié moins de volatilité.

Graphique : source IEIF

Graphique : source IEIF

Pour Stéphanie Galiègue, Directrice Générale adjointe de l'IEIF, « les résultats de l'édition 2021 confirment une dichotomie de plus en plus forte entre les classes d'actifs immobiliers dont les performances sont les plus robustes à l'image de l'Industriel, (en particulier la Logistique) et du Logement (faible volatilité) et celles dont le modèle a été fragilisé par la crise sanitaire et ses conséquences économiques : sont questionnés en effet le modèle des commerces en général et des centres commerciaux en particulier (ce dernier sujet posé avant la pandémie) et, dans une moindre mesure, celui des Bureaux impacté par les évolutions des modes de travail, d'organisation et des attentes des utilisateurs ».
 

13 commentaires

  • 21 novembre23:27

    Il serait bon de rappeler la signification de 'TRI' dans cet articles. D'autre part, le TRI est une chose, mais ce qui compte pour l'investisseur est ce qui lui reste après impôts et taxes. L'imposition de l'immobilier est très différente de celle des placements financiers, et ces impositions varie fortement dans le temps au gré de l'appétit des finances publiques et des promesses électorales. Le calcul exact est impossible, car il dépend de la situation de chacun.


Annonces immobilières