Une étude mondiale met à mal le système de retraite français

Boursorama avec Pratique.fr21/06/2020 à 08:30

Le groupe Allianz a mené une étude concernant les systèmes de retraite de 70 pays. La France est très mal classée.

iStock-Marco_Bonfanti

Retraite : le système français mal classé

En octobre 2019, la France arrivait 18e d'un classement lié à l'efficacité des systèmes de retraite de 37 pays. Cette fois, l'étude menée par le groupe d'assurances Allianz - le Global Pension Report - a pris en compte 70 pays. La France se retrouve en 51e position loin derrière la Suède, la Belgique et le Danemark qui forment le trio de tête. Pour mener cette étude, Allianz s'est basé sur plusieurs éléments : les conditions budgétaires et démographiques ; la viabilité des systèmes mis en place ; leur « adéquation à un niveau de vie proche de celui d'un actif ». « L'Allianz Pension Index (API) repose donc sur trois parties et regroupe un total de 30 variables qui sont notées sur une échelle de 1 à 7, 1 étant la meilleure note. »

D'autres priorités

Ludovic Subran, chef économiste du groupe Allianz explique que « la démographie et les retraites ont été éclipsées par d'autres priorités ces dernières années, en premier lieu le changement climatique et aujourd'hui la lutte contre l'épidémie de la Covid-19 ». Cependant, il estime que « désamorcer la crise imminente des retraites et préserver la justice et l'égalité entre les générations sont des éléments clés pour construire des sociétés inclusives et résilientes ». Selon lui, la protection sociale ne doit pas être oubliée. Enfin, Ludovic Subran considère que « le constat est inquiétant [car] seule une poignée de pays [est prête] pour le choc de la transition démographique ». Et visiblement, la France n'en fait pas partie.

Des disparités

La France obtient une note de 4,2 sur 7 qui cache divers problèmes et notamment des disparités. Si le régime public des retraites est assez généreux, la viabilité du système est quant à elle discutable. Pour le groupe d'assurances Allianz, des mesures liées à l'âge de départ à la retraite mais aussi la prise en compte d'un facteur démographique dans le calcul des mensualités sont nécessaires. Cependant, « le peu qui restait de marge de manœuvre budgétaire s'est envolé » explique Michaela Grimm, économiste à l'origine de l'étude.

L'après Covid-19

Pour l'instant, la pandémie de Covid-19 n'est pas maîtrisée, le virus est toujours relativement méconnu et aucun vaccin n'existe. Et pour Allianz, la crise sanitaire et économique « remet en question les hypothèses de croissance sur lesquelles les systèmes de retraites se basent ». Ce n'est pas tout. « La marge de manœuvre budgétaire est contrainte (et plus encore après la Covid-19) et [...] le vieillissement de la société progresse rapidement : le taux de dépendance des personnes âgées atteindra près de 50 % d'ici trois décennies. Ainsi, après la crise Covid-19, le débat sur la durabilité du système de retraites devrait revenir sur le devant de la scène politique » anticipe-t-on chez Allianz.