La part des salaires dans la valeur ajoutée a augmenté en France, une exception parmi les pays riches

Boursorama avec Newsgene18/01/2019 à 14:34
(PIXABAY / MOERSCHY)

La part des salaires dans la valeur ajoutée a reculé dans tous les pays industrialisés depuis 1995, sauf en France et au Royaume-Uni. Dans ces deux pays, la part revenant au capital a ainsi diminué, selon une étude de la direction du Trésor publiée ce jeudi. 

« La part du travail dans la valeur ajoutée a reculé depuis les années 1990 » dans la plupart des pays de l'OCDE, indiquent les auteurs d'une étude de la direction du Trésor, publiée jeudi 17 janvier et relayée par Les Echos. Le partage de la création de richesse s'est ainsi fait de plus en plus en faveur du capital au détriment du travail, entre 1994 et 2015.

La France et le Royaume-Uni font figure d'exception

Seules la France et la Grande-Bretagne font exception. La part de la valeur ajoutée revenant au travail a progressé en 21 ans de 0,6 % en France et de 4,6 % au Royaume-Uni. Dans les autres pays, la part des salaires réels est en recul : Etats-Unis (-2,7 %), Japon (-8,6 %), Allemagne (-2,9 %), Espagne (-5,5 %) ou encore Italie (-2,2 %). Quant à la part revenant au capital, elle a reculé de 0,4 point en France et de 5,8 points au Royaume-Uni, alors qu'elle a, par exemple, augmenté de 1,6 point outre-Rhin, rapporte Europe 1.

Cette évolution peut tenir au progrès technique, avec de plus en plus de robots ou de programmes exécutant les tâches des employés. C'est ce critère qui explique chez nos voisins italiens et espagnols le recul de la part des salaires depuis la crise de 2008. Mais en Allemagne, aux Etats-Unis et au Japon, c'est la hausse des salaires inférieure à la progression de la valeur ajoutée des entreprises qui explique ce déséquilibre entre capital et travail, souligne Les Echos.

Les salaires ont augmenté plus vite que la valeur ajoutée en France

« En Allemagne, dans les années 2000, la rémunération du capital a capté la majeure partie du surplus », souligne l'étude. En France, « le surplus a été entièrement consacré à la rémunération unitaire des travailleurs ». Entre 1995 et 2015, la progression des salaires réels (+0,7 point de PIB) a dépassé celle de la valeur ajoutée (+0,6 point). Au Royaume-Uni, la progression de la part revenant au travail s'explique par un taux de chômage faible et des tensions sur le marché de l'emploi, contribuant à l'augmentation des salaires.

Là où tous les pays se rejoignent, c'est sur le ralentissement de la hausse de la valeur ajoutée. En cause ? Une productivité qui a tendance à diminuer. Un point de PIB était à distribuer entre 1995 et 2001. Une part ramenée à seulement 0,3 point entre 2009 et 2015.